Pourquoi votre facture d'électricité risque-t-elle d'être encore plus importante, alors qu'il fait chaud? Un expert lève le voile sur ce paradoxe

Plusieurs explications à ce paradoxe...

Pourquoi votre facture d'électricité risque-t-elle d'être encore plus importante, alors qu'il fait chaud? Un expert lève le voile sur ce paradoxe
©Shutterstock

Ce n'est un secret pour personne: les prix de l'énergie atteignent actuellement des sommets. Certains auraient tendance à penser qu'avec la vague de chaleur que nous connaissons actuellement, et le fait de pouvoir utiliser moins de chauffage, la note de la facture d'électricité des ménages belges va diminuer. Paradoxalement, c'est plutôt l'inverse qui pourrait se produire. Bram Claeys, expert en énergie chez RAP, une ONG spécialisée dans la politique énergétique, l'a expliqué auprès de nos confrères du Nieuwsblad.

"Cela peut paraître contradictoire, mais en Belgique, nous ne tenons pas compte du fait que nous devons nous défendre de plus en plus contre la chaleur", commente d'emblée l'expert, avant de donner ses explications.

Bram Claeys détaille d'abord qu'en période de chaleur, nous allons utiliser beaucoup d'énergie pour garder nos maisons et nos bureaux au frais. "Et s'il y a une plus grande demande d'électricité, le prix augmentera naturellement. Il faut alors faire appel aux sources de production d'électricité les plus coûteuses", précise l'expert, évoquant le recours aux différentes sources d'énergie que sont "les panneaux solaires, les éoliennes, les centrales hydroélectriques, l'énergie nucléaire et bien sûr les centrales au gaz naturel, les plus chères de la liste".

Bram Claeys explique alors que les systèmes de climatisation sont les plus gros consommateurs d'énergie pendant les périodes de chaleur. "Celui qui dispose d'un tel appareil à la maison préfère en faire un usage optimal. Cela signifie : être capable de trouver la fraîcheur à l'intérieur quand il fait une chaleur tropicale dehors. L'air conditionné fonctionne comme un réfrigérateur. Il élimine la chaleur de l'air. Mais un réfrigérateur a une surface beaucoup plus petite à refroidir. Un climatiseur doit refroidir une pièce entière, voire une maison entière, ce qui nécessite beaucoup plus d'énergie et coûte donc plus cher en électricité'.

L'expert révèle d'ailleurs que plusieurs pays ont déjà pris des mesures pour éviter ces abus d'utilisation d'énergie. "Le gouvernement allemand a déjà appelé la population à ne pas régler la climatisation sur le réglage le plus froid. Un climatiseur qui refroidit à 18 degrés consomme beaucoup plus d'énergie qu'un climatiseur à 25 degrés. Or 25 degrés, c'est une température déjà confortable lorsqu'il fait beaucoup plus chaud dehors [...] En Italie aussi, l'opération "Thermostat" a été annoncée en avril. Cela signifie que toutes les écoles et tous les bâtiments publics du pays ne peuvent pas régler leur climatisation en dessous de 25 degrés. À l'inverse, les bâtiments ne doivent pas être chauffés au-delà de 19 degrés en hiver. Le plan a débuté le 1er mai et se poursuit jusqu'à la fin mars de l'année prochaine."

Bram Claeys évoque également le paradoxe lié aux panneaux solaires. On penserait que ces derniers sont les plus rentables en période de vague de chaleur. Ce n'est pas totalement vrai. "Lorsque le mercure dépasse une certaine température, les panneaux solaires deviennent légèrement moins efficaces. Ils deviennent si chauds qu'une partie de la puissance s'échappe. L'impact n'est toutefois pas si important, c'est seulement quelques pourcents. Mais il faut savoir que les mois de mai et juin sont les plus importants en termes de production pour les panneaux solaires. Cela est dû à deux facteurs : les jours sont les plus longs et il y a donc beaucoup de lumière, et il n'y a pas de vagues de chaleur", témoigne l'expert.

Pour conclure, Bram Claeys insiste sur l'importance d'une réflexion à long terme: "Nos maisons doivent être construites plus efficacement. En Belgique, nous sommes encore trop concentrés sur les mois d'hiver plus froids, mais nous ne tenons pas compte du fait que nous devons aussi nous défendre de plus en plus contre la chaleur."

Sur le même sujet