Le Voka veut prolonger le régime flexible du chômage temporaire pour la crise énergétique

Certaines entreprises, comme le fabricant d'acier inoxydable Aperam et le producteur d'engrais Yara, ont déjà décidé d'arrêter temporairement leur production en raison des prix élevés de l'énergie.

La Libre Eco avec Belga
Le Voka veut prolonger le régime flexible du chômage temporaire pour la crise énergétique
©Shutterstock

Dans le cadre du comité de concertation sur la crise énergétique qui se tiendra mercredi prochain, l'organisation patronale flamande Voka demande que le régime flexible du chômage temporaire - qui a été introduit il y a quelques années en raison de la crise du coronavirus - soit appliqué à la crise énergétique. "Le Voka s'attend à ce que la crise énergétique entraîne de nouveaux arrêts et réductions temporaires de la production. Un système flexible de chômage temporaire pourrait garantir que le pouvoir d'achat des employés concernés reste intact autant que possible", a déclaré l'organisation patronale.

Certaines entreprises, comme le fabricant d'acier inoxydable Aperam et le producteur d'engrais Yara, ont déjà décidé d'arrêter temporairement leur production en raison des prix élevés de l'énergie. Chez Yara, le personnel peut continuer à travailler avec maintien du salaire, car il reste actif pour la maintenance. Pieter Timmermans, directeur exécutif de VBO, craint que les entreprises à forte consommation d'énergie soient encore plus nombreuses à réduire leur production en raison des prix élevés de l'énergie. Il pense aux producteurs de verre et de briques, au secteur textile, au travail du bois ou à l'industrie alimentaire.

Le Voka a également demandé au gouvernement de fournir un soutien "temporaire et ciblé" aux entreprises les plus touchées. "La Commission européenne l'autorise par le biais du cadre temporaire pour les crises et d'autres pays comme l'Allemagne et la France ont déjà mis en œuvre ce système". Un plafonnement des prix au niveau européen devrait également apporter un soulagement.