Qui sont les gagnants et les perdants de la réforme fiscale à venir ?

Une chronique de Bruno Wattenbergh, chroniqueur pour LN24.

La Libre Eco
Qui sont les gagnants et les perdants de la réforme fiscale à venir ?
©Shutterstock - D.R.

Que nous dit la "première étape" de la réforme fiscale du ministre des Finances Vincent Van Peteghem, qu'ont pu consulter nos confrères de LN24 ? Si elle devra encore être étoffée, elle permet déjà de voir la direction qui pourrait être prise, et in fine les gagnants et perdants en Belgique.


Dans les grandes lignes, la réforme, qui sera présentée en décembre, vise à renforcer le pouvoir d'achat, augmenter le taux d'emploi, le tout en restant neutre budgétairement. Elle devrait notamment permettre de diminuer les charges sur le travail qui, on le sait, est lourdement taxé en Belgique. Pour rester budgétairement neutre, elle devra donc aller chercher l'argent ailleurs, via la réforme de certaines déductions, ou de certaines niches fiscales depuis longtemps dans le collimateur comme les RDT, les revenus définitivement taxés, le quotient conjugal ou encore les voitures de société.

Grâce à des mesures comme la quotité exonérée d'impôt, le salaire net des Belges pourrait augmenter de 1 000 euros par an et réduire les pièges à l'emploi. Avec le relèvement de ce plafond, l'écart se creuse entre les bas revenus du travail et les allocations, ce qui devrait stimuler le taux d'activité, et donc l'emploi.

Du côté des perdants de la réforme, on retrouve toute une série de personnes comme les cadres, les indépendants et les entrepreneurs qui bénéficiaient d'une série d'incitants. A cette liste, on peut encore ajouter les familles ou les personnes séparées.