Près de la moitié des biens contrefaits saisis par la douane arrive en Belgique par colis postal, ont fait savoir jeudi les services de douane. A la veille du Black Friday et à l'approche des fêtes de fin d'année, de plus en plus de consommateurs commandent des marchandises en ligne à l'étranger et se font livrer par colis. Cette année, 234.736 marchandises contrefaites ont été saisies dont 115.684 sont arrivées par voie postale.

La valeur économique totale de ces marchandises dépassait cette année les 19 millions d'euros, alors qu'on était encore à 30 millions l'an dernier. Cette baisse est due à la disparition progressive du trafic de cigarettes d'imitation. La plupart des produits contrefaits sont des jouets ou des vêtements. 

Soixante-quatre pour cent proviennent de Chine et 22% de Hong Kong. Ces imitations ne sont pas sans danger. "Elles contiennent souvent des matières toxiques qui sont dangereuses pour la santé", explique Karen Ghysels du centre européen pour le consommateur (ECC). "Ou alors la sécurité n'est pas garantie. Un jouet peut perdre de petites pièces qui peuvent être dangereuses pour un enfant en bas âge, un hoverboard de pacotille peut s'embraser... Nous conseillons au consommateur de réfléchir à son achat: qui est le vendeur? Est-ce que le prix n'est pas trop bas? Comment se présente le produit?".

En outre, le consommateur achetant un produit contrefait risque une amende pour ne pas avoir respecté le droit à la propriété intellectuelle. 

Il doit aussi s'acquitter des frais liés à la destruction du bien saisi. La traque des concepteurs est quant à elle presque mission impossible. 

"Ils sont à l'étranger et difficiles à localiser", explique Kristian Vanderwaeren, de l'administration générale des Douanes et accises. "Nous nous concentrons sur les sites internet vendant de tels produits, mais dès qu'un site est fermé, un autre ouvre ailleurs."