« Mon banquier a cru en moi ! »

Artisan-boulanger depuis son plus jeune âge, Laurent Richard, fondateur de « La fleur du pain » est l'incarnation même de la passion. Pour preuve, il est allergique à la farine ! Fils d'un chef meunier de Meaux, c’est en 1995 qu’il décide de s’expatrier en Belgique. « « Je suis arrivé à l’âge de 25 ans, il y a 30 ans. Je me suis construit seul, à force de travail et d’obstination ». Laurent Richard s'impose d'abord comme la référence gustative en matière de boulangerie et viennoiserie à Flagey, puis ouvre une seconde boutique à Woluwe-Saint-Pierre et une troisième à Uccle. « Aujourd’hui, j’emploie une centaine de personnes, 50 à l’atelier et 60 en magasins. Même en période de confinement, j’ai eu la chance de continuer à fonctionner. « Notre outil a su continuer à fonctionner grâce à nos magasins. Notre flotte de camions est restée malheureusement à l’arrêt à cause des mesures sanitaires qui ont touché particulièrement le secteur de l’Horeca. Mais les ventes en magasin ont permis de compenser en partie les pertes dues aux arrêts des livraisons ». Après l’ouverture de mes trois premiers points de vente, je souhaitais donc m’étendre ». Laurent Richard s’est instinctivement adressé à Crelan. J’accorde énormément d’importance à tous les outils en lien avec l’économie solidaire. La démarche m’a semblé naturelle. En cette période de crise sanitaire et économique que nous traversons, il est important de favoriser un banquier qui vous comprend. Et chez Crelan, je suis assez impressionné de la qualité de l’écoute. Cela fait énormément de bien de se sentir soutenu par des interlocuteurs de qualité comme Menana Touijar, Business Banker, qui s’est occupée avec attention de mon dossier. Elle a défendu mon histoire et mon cas avec intérêt. Elle a cru en moi. Son efficacité et sa confiance accordée m’ont permis d’ouvrir mon quatrième point de vente début janvier 2020 et le cinquième, qui s’ouvrira prochainement, est actuellement en plein travaux. Bien évidemment, mon dossier comportait un plan financier solide, mais avoir une conseillère PME qui croit en votre activité et qui vous propose des taux intéressants, avec une acceptation rapide d’une ligne de crédit est un service bancaire précieux ».

« L’économie, c’est aussi de l’émotionnel ! »

« Depuis le début de la pandémie, nous avons certes dû travailler un peu plus à distance », nous explique Menana Touijar. « Mais cela ne nous a pas empêchés de réaliser des affaires dans le respect de notre philosophie. Nous avons soutenu et concrétisé des projets notamment dans le secteur alimentaire. L’âge de ces entrepreneurs se situe entre 30 et 40 ans, tous portés par la notion de libre entreprise. Ce sont des personnes qui ont mûri leur projet. A ce titre, il faut les porter dans le respect de leurs ambitions légitimes », poursuit Menana Touijar. « Le côté humain est valorisé chez nous. Au-delà de l’aspect financier, nous traitons de l’individu, au cas par cas. Contrairement à d’autres institutions bancaires, nous faisons vraiment du sur-mesure. Le contact client est ce qui nous démarque. On écoute d’abord le meneur de projet, son histoire, sa sensibilité, sa motivation. Parce que l’économie, c’est aussi de l’émotionnel. Chez nous, on ne tombe pas sur un call center ! Crelan est dans la prise de risque en fonction d’une proportionnelle mesurée et même avec des personnes qui n’ont pas forcément beaucoup d’actifs ».

© Crelan

La proximité est ciment

Chez Crelan, l’humain est ainsi une valeur sûre. « Nous avons des agences indépendantes ancrées dans leur territoire et donc une très grande proximité avec nos clients. Et nous avons mis en place un programme qui segmente nos agences », nous précise Vincent Van Zande, Market manager Business & Agri. « Plus de 200 agences sont spécifiquement labelisées, avec, entre autres, une expertise indépendants/PME et c’est une véritable plus-value pour le client. La banque offre une large gamme de produits et services. Nous sommes une excellente alternative aux grandes banques ».

Le secteur bancaire se transforme de plus en plus en industrie technologique. Tout en s’adaptant à la numérisation utile au secteur, pour cause de crise sanitaire notamment, Crelan privilégie, en priorité, la présence d'un contact personnalisé dans la relation bancaire. La banque utilise un modèle durable et montre un réel engagement sociétal. La taille humaine est la signature que le groupe 100% belge donne à vos projets. Crelan gère aujourd’hui 4 milliards de crédits professionnels dont la moitié pour les agriculteurs, un secteur où nous sommes historiquement très présents et 2 milliards pour les PME, indépendants et professions libérales.