C’est un fait avéré : les banquiers n’ont pas toujours bonne presse pour leur côté imaginé « peu empathique ». Et pourtant, c’est oublier que l’une des caractéristiques essentielles du métier est le devoir de conseil. Véritable allié quel que soit le projet envisagé, le banquier œuvre à la recherche des meilleures solutions possibles pour le concrétiser. Christophe Troussart, gérant d’un AD Delhaize à Chastre, en témoigne.

« J’ai trouvé de l’humain et de l’efficacité ! »

« J’ai un bachelier en marketing et en gestion d'entreprise », nous explique Christophe Troussart. « Après avoir exercé pendant 10 ans diverses fonctions commerciales chez plusieurs acteurs du secteur de la distribution et des biens de consommation j’ai ressenti le besoin de lancer ma propre affaire. J’étais arrivé à un moment tournant dans ma carrière où j’avais besoin de renouveau et puis, surtout, j’étais en quête de sens. Je voulais m’investir pour moi et non pour un tiers ». Christophe Troussart décide donc de reprendre, avec un associé, un AD Delhaize à Chastre. « La franchise est un concept-levier », nous précise-t-il. « Travailler pour un groupe qui a pignon sur rue facilite le démarrage de votre activité. Mais je suis aujourd’hui mon propre patron et cela me fait un bien fou. Notre Delhaize est situé au cœur du village. J’emploie une vingtaine de personnes et je dynamise l’activité locale. Nous sommes vraiment dans un circuit court et c’est là que j’ai trouvé le sens que je cherchais ».

« La plus belle récompense, c’est que mes clients réussissent »

Lorsque le choix d’un organisme bancaire se pose à Christophe Troussart, il décide de faire le tour du marché. « J’ai effectivement consulté plusieurs organismes bancaires avant de me décider. Le premier confinement m’a fait quelque peu douter de la faisabilité de mon projet. Mais lorsque je suis rentré en contact avec Crelan, j’ai été convaincu que je devais foncer. J’ai rencontré de l’humain et surtout, de l’efficacité, avec une approche très entrepreneuriale du dossier. On a vraiment construit cela main dans la main avec mon banquier et cela fait énormément de bien. Et puis les taux proposés étaient très compétitifs et on ne vous engorge pas en frais de dossier démesurés ». Christophe Troussart a repris les clés de l’enseigne le 1er juillet et la satisfaction semble déjà au rendez-vous. « Après 6 mois d’activité, nous sommes en ligne avec les prévisions optimistes du business plan ». Pour se réinventer, Christophe Troussart joue la carte du circuit court. « Dans un esprit de consommation durable, nous avons démarré la mise en place d’une gamme de produits régionaux. J’essaie de dénicher des petits producteurs et des produits de niche. Je veux vraiment développer un AD Delhaize plus proche des gens ». Une vision qui a séduit Henry De Marneffe, agent indépendant chez Crelan. « La plus belle récompense dans mon métier, c’est que mes clients réussissent », nous explique-t-il. « Je suis moi-même, depuis 11 ans, agent indépendant pour Crelan. C’est donc avec beaucoup de facilité que je conseille les indépendants, tant pour lancer une affaire, acheter un bâtiment ou optimiser leur situation fiscale et comptable. Et cette activité de conseil s’articule avant tout autour de l’humain. En ce sens, notre banque est très proactive ». En ce qui concerne plus particulièrement le projet de Christophe Troussart, il nous précise : « L’approche en binôme des deux associés m’a séduit : l’un avec une grande expérience dans la distribution, l’autre en tant que cadre. L’association ne pouvait que fonctionner. Et puis, s’il y a bien un secteur qui fonctionne en cette période de crise sanitaire, c’est bien l’alimentaire ». Et de ponctuer : « Le mot ‘crédit’ vient de ‘credere’ en latin, soit croire en quelqu’un, croire en ses ambitions et en ses compétences. La pérennité d’un dossier bancaire, ce sont certes des garanties, mais c’est aussi la confiance mise dans le projet. J’ai toujours la volonté de m’engager dans une relation sur le long terme avec mes clients. Je pense que l’accompagnement est ciment. C’est ce qui fait clairement la différence chez Crelan. C’est une valeur sûre ! ».

Le secteur bancaire se transforme de plus en plus en industrie technologique. Tout en s’adaptant à la numérisation utile au secteur, pour cause de crise sanitaire notamment, Crelan privilégie, en priorité, la présence d'un contact personnalisé dans la relation bancaire. La banque utilise un modèle durable et montre un réel engagement sociétal. La taille humaine est la signature que le groupe 100% belge donne à vos projets.