Le gestionnaire d'actifs KBC Asset Management prétend être le premier en Belgique à avoir un fonds géré par intelligence artificielle. Reste tout de même de une intervention humaine. Il y a toujours une vue d'ensemble humaine, pour ajuster les réactions extrêmes du logiciel.

Le logiciel d'auto-apprentissage surveille en permanence plus d'un millier de paramètres. "En tant qu'individu, il est impossible de surveiller ces paramètres en permanence. Le logiciel peut également établir des connexions auxquelles les gens ne pensent pas. Et un tel logiciel n'a jamais un mauvais jour et n'est jamais malade", explique un porte-parole de la KBC.

Un avantage supplémentaire est que la gestion du fonds n'est pas liée à une personne ou à un individu. Lorsque les gestionnaires d'actifs prennent leur retraite, par exemple, une grande partie de leur expérience disparaît. "Avec ce logiciel, la connaissance n'est pas perdue et l'histoire est toujours prise en compte".

Cela signifie-t-il la fin du gestionnaire de fonds à la KBC ? "Non, nous avons toujours besoin d'une vue d'ensemble d'un individu humain", assure la banque.