A l'issue de l'année 2020, marquée par la crise du coronavirus, la dette nette de l'Etat belge a atteint 417,62 milliards d'euros. L'augmentation sur l'année écoulée s'élève donc à 32 milliards, indique Jean Deboutte, directeur du service Opérations Financières du Trésor (OFT). "C'est en effet relativement élevé, mais c'est moins que les montants mentionnés lors des discussions sur le budget", précise-t-il. Lors de la crise de 2008, l'Etat avait également dû puiser dans ses réserves afin de sauver plusieurs banques. A l'époque, la dette avait augmenté de 27,45 milliards d'euros sur un an.

Ces chiffres ne concernent que l'Etat fédéral. Pour avoir une vision d'ensemble de la dette de la Belgique, incluant la dette des autres niveaux de pouvoir, il faudra encore attendre quelques mois, ajoute encore Jean Deboutte.

La fin des critères de Maastricht ?

Le directeur du Trésor préfère jouer la carte de la prudence au moment d'évaluer la forte hausse de la dette d'état. "A la question du danger que représente cette hausse, il n'y a pas de réponse absolue à donner. Les points de vue autour de la dette d'état sont également en train de changer", remarque-t-il. Les critères de convergence européens (aussi appelés critères de Maastricht, du nom du traité) permettent aux Etats de contracter une dette dont le montant maximal correspond à 60 % du produit intérieur brut (PIB). La Belgique est largement au-dessus de ce seuil. Le budget soumis à la Commission européenne mentionnait une dette à hauteur de 116 % du PIB.

Mais pour Jean Deboutte, les mentalités évoluent au sujet de cette norme stricte. "Même aux Pays-Bas, le discours est en train de changer. Certains expliquent désormais que par le passé, trop peu de dettes étaient autorisées." Il n'est pas inutile de rappeler que la Belgique n'est pas le seul pays a avoir gonflé sa dette pour atténuer les conséqucnes de la pandémie de coronavirus.

Enfin, le montant élevé de la dette reste supportable grâce aux taux d'intérêts extrêmement avantageux. Actuellement très bas, ils devraient encore rester à ce niveau un moment.