Il existe de grosses différences de prix, même entre les nouvelles formules du marché. Ainsi, on observe un écart de 190 euros pour l’électricité et de 395 euros pour le gaz entre la meilleure et la pire formule proposée en octobre.

Bon nombre de consommateurs, ménages et PME, ont la possibilité de réaliser de grosses économies en changeant de contrat d’énergie. C’est la conclusion principale d’une présentation effectuée par la Creg, le régulateur fédéral du secteur.
Qu’en est-il des chiffres ? Au moins 360 000 ménages déboursent 600 euros de trop par an pour leur facture énergétique (gaz et électricité), selon la base de données de la Creg. Ces 600 euros représentent l’écart de prix entre certains vieux contrats dormants, souscrits par de nombreux ménages, et une offre intéressante du marché actuel.
Dans certains cas plus extrêmes, mais moins courants, la différence est encore plus importante. Entre le pire et le meilleur contrat, on observe une différence de 300 euros pour l’électricité, et jusqu’à… 800 euros pour le gaz. Les pires formules tarifaires sont souvent des contrats dormants fixes d’une durée de trois ans, dont le prix a été prolongé automatiquement à l’échéance du contrat.
Si certains fournisseurs basculent spontanément leurs clients vers des offres plus intéressantes, beaucoup d’entre eux préfèrent bénéficier de l’inertie de leurs clients, liés à d’onéreux contrats dormants.
“Plus de 600 000 ménages et 70 000 PME n’ont pas changé de contrat ces dernières années, bien que ce soit possible sans payer d’indemnités, moyennant un préavis d’un mois, déclare Laurent Jacquet, directeur prix à la Creg.En outre, force est de constater que ceux qui concluent un nouveau contrat n’optent pas automatiquement pour l’offre la moins chère”.
En effet, changer de contrat ne signifie pas forcément faire une bonne affaire. La Creg ne l’explique pas, mais bon nombre de Belges n’optent pas pour une formule tarifaire intéressante lorsqu’ils changent de contrat d’énergie.
Or, il existe de grosses différences de prix, même entre les nouvelles formules du marché. Ainsi, on observe un écart de 190 euros pour l’électricité et de 395 euros pour le gaz entre la meilleure et la pire formule proposée en octobre.

D’abord évaluer son contrat

Que doit faire un consommateur qui veut vérifier si son contrat est compétitif ? Le “Creg scan”, développé par le régulateur, permet de situer son propre contrat par rapport à l’offre actuelle. L’avantage est que, contrairement aux comparateurs traditionnels, sa base de données reprend aussi les milliers de contrats dormants. En outre, le régulateur vient d’ajouter les achats groupés (souscrits par 330 000 ménages) et les offres des coopératives (70 000 ménages). 

Après avoir situé son contrat, il peut être intéressant de vérifier sur un comparateur quels fournisseurs proposent les formules les plus intéressantes. L’avantage de ces comparateurs est qu’ils tiennent compte des promotions. À ce jour, seul le comparateur comparateur-energie.be a reçu le label de qualité de la Creg. Mais d’autres plateformes pourraient suivre très prochainement.
En un clic sur le site de la Creg, il est aussi possible de savoir quels sont les contrats les plus performants du mois. Le montant affiché tient uniquement compte de la composante énergie, soumise à la concurrence entre les fournisseurs. Il ne comprend donc pas les coûts de réseau, les taxes et les prélèvements, qui varient selon la région de l’habitation. À vous de choisir.