Particuliers et entreprises doivent prouver qu’ils souffrent encore de la crise du coronavirus

Pour les emprunteurs, qu’ils soient des particuliers ou des (petites) entreprises à court de liquidités malgré le déconfinement, c’est une bonne nouvelle. “Tous ceux qui ont demandé et obtenu un report de paiement pour leur prêt hypothécaire ou professionnel, jusqu’au 31 octobre 2020 au plus tard, peuvent bénéficier d’un report supplémentaire jusqu’à la fin de cette année”, annonce Febelfin, la fédération du secteur bancaire. Ils doivent pouvoir démontrer qu’aujourd’hui encore ils souffrent financièrement des conséquences de la crise du coronavirus. Pour les reports initiaux courant jusqu’au 31 octobre 2020, la demande de prolongation peut être introduite entre le 1er et le 20 septembre.

Chiffres depuis fin mars

Selon les derniers chiffres communiqués par Febelfin, depuis le 31 mars 2020, les banques ont accordé 122 393 reports de paiement à des particuliers pour leurs crédits hypothécaires. Le volume total de crédits sous-jacents s’élève à 12,9 milliards d’euros (7 % du total). Depuis le 20 mai, les particuliers peuvent également demander un report de paiement pour leur crédit à la consommation. Un tel report a été accordé 4 342 fois pour un montant de 86,9 millions d’euros.

En ce qui concerne les entreprises, les banques ont accordé 133 439 reports pour les crédits professionnels. Le volume de crédit sous-jacent est de 22,5 milliards d’euros. Plus de 80 % des reports de paiement sont accordés aux PME et aux indépendants.

Dans l’attente du Bazooka 2

Toujours en matière de crédits aux entreprises, le gouvernement fédéral a également prévu un système de garantie pour les nouveaux crédits jusqu’à 50 milliards d’euros. C’est ce qu’on a appelé le bazooka 1, qui a toutefois montré des lacunes (le montant de crédits sous garantie est de 737 millions seulement). D’où un mécanisme remanié uniquement dédié aux PME. Le texte doit être voté la semaine prochaine en séance plénière.