Même le plus organisé des citoyens ne peut qu’éparpiller ses documents officiels dans plusieurs classeurs, fardes ou chemises, qu'ils traitent de son logement (contrat d’achat ou de location, acte de crédit…) et de son entretien (fournisseurs d’énergie ou de télécommunication, contrats d’assurance, factures de travaux…), de son ménage (passeports, contrat de mariage, acte de cohabitation légale…), de son patrimoine (testament…) ou encore de sa vie professionnelle (diplômes, contrats de travail, acte de création d’entreprise…).

Tout autant sécurisé

Pour les aider à s’y retrouver “en un clic”, le notariat, via sa fédération Fednot, a mis au point en novembre dernier de véritables coffres-forts numériques dans une version web, gratuits et sécurisés sous le nom “Izimi” (“easy me” phonétiquement). Depuis ce lundi matin, ces coffres-forts deviennent accessibles via une application mobile (à télécharger sur l’AppStore ou sur le Play Store de Google).

Le principe est le même : la conservation de vos documents officiels et/ou importants, organisés selon les catégories proposées ou selon vos propres souhaits. Sa capacité a même été augmentée, s’étendant jusqu’à un gigaoctet, contre 200 mégaoctets initialement, soit cinq fois plus. “Depuis votre smartphone, vous pouvez uploader les documents que vous souhaitez, les trier et les partager avec les personnes de votre choix. Vous pouvez ajouter des contacts, en supprimer…”, indique Fednot, mettant en avant l’objectif social des notaires en rendant ce service de base gratuit et donc accessible à tous.

La sécurité est bien entendu tout autant assurée que dans la version web : vous seul y avez accès. “Personne ne peut consulter vos données, ni les modifier ou les utiliser à votre insu”, insiste Fednot. Qui ajoute gentiment “qu’à l’inverse des coffres-forts proposés par des géants d’Internet et autres initiatives commerciales, une personne qui crée un coffre Izimi ne doit pas craindre d’être inondée de publicités commerciales indésirables”.

Partage partiel ou total

Vous n’êtes pas obligés de partager vos documents ainsi archivés avec les membres de votre famille ou avec votre notaire et, via lui, vos héritiers, mais Fednot le conseille. En effet, si Izimi vous aide à vous y retrouver dans vos propres papiers, que dire pour ceux qui devront le faire après votre décès ? “Le partage n’est possible que si vous donnez votre consentement, et se fait de manière beaucoup plus sécurisée que le simple envoi d’e-mail”.

À noter que tous les actes notariés que vous avez signés depuis 2015 sont directement accessibles sur Izimi. Il n’est donc plus nécessaire de demander une copie à votre notaire. Et si vous le souhaitez, vous pourrez être automatiquement informé des changements législatifs importants qui vous concernent via la plateforme.