Le ministre fédéral des Pensions Daniel Bacquelaine (MR) souhaite augmenter le montant maximal des pensions, rapportent mercredi les journaux L'Echo et De Tijd. Une proposition qui intervient alors que le Service fédéral des pensions publie les dernières estimations budgétaires du coût des retraites en Belgique. Entre 2020 et 2030, la croissance de ce coût reste importante, mais trace une courbe à la pente plus douce qu'attendu. Ainsi, en 2020, les pensions représenteront un coût budgétaire de près de 52 milliards d'euros. Un montant qui grimpera de 1 à 1,5 milliard par an pour atteindre 62,9 milliards en 2030.

En 2010, les pensions pesaient près de moitié moins, mais si on avait maintenu, entre 2020 et 2030, une hausse des dépenses similaire à la décennie précédente, le budget aurait bondi plus de 87 milliards.

Interrogé sur l'opportunité d'une pension minimale à 1.500 euros, voulue par différents partis, Daniel Bacquelaine répond: "Je ne suis pas contre le principe, mais il faut résoudre deux problèmes connexes." Le premier est la pension maximale qui peut être perçue par les retraités. Elle est aujourd'hui de 1.821 euros (net) et le ministre souhaite l'augmenter à 2.250 euros. "Si on continue d'augmenter la pension minimum sans augmenter ce plafond salarial, tout le monde aura la pension minimum à terme. La notion de récompense du travail disparaîtrait", invoque-t-il.

Le second problème, pour le ministre, est la similitude entre la pension à 1.500 euros et le salaire minimum, établi aujourd'hui à 1.521 euros. "Il y a là un piège à l'emploi phénoménal dont personne ne parle. Pour moi, si on augmente la pension minimum, il faut augmenter substantiellement le salaire minimum garanti."