Cette hausse s'explique notamment par la reprise des cours boursiers (+37,1 milliards d'euros), après une chute au premier trimestre. De plus, les particuliers ont investi un record de 19,1 milliards d'euros dans des actifs financiers au cours du deuxième trimestre 2020. "Cela s'explique par l'épargne forcée pendant le confinement dû au Covid-19. Ils ont principalement investi dans les dépôts d'épargne réglementés (+7,9 milliards d'euros) et les dépôts à vue (+7,0 milliards d'euros)", constate la BNB. Parallèlement, les nouveaux engagements financiers des particuliers ont progressé de 2,2 milliards d'euros, pour atteindre un encours de 311,7 milliards d'euros au 30 juin 2020. Une hausse surtout attribuable aux crédits hypothécaires (+1,3 milliard d'euros). La Banque nationale observe que le taux d'endettement des particuliers en Belgique augmente légèrement, atteignant 61,6% du produit intérieur brut (PIB), et est supérieur à la moyenne de la zone euro depuis 2016. Cette hausse est essentiellement due à la croissance des prêts hypothécaires dans notre pays.