"Après notamment BNP Paribas Fortis, ING, et même le traditionnel 'casseur de prix' Argenta, c'est maintenant au tour de KBC d'annoncer différentes augmentations de ses tarifs à partir du 1er avril", regrette Test-Achats, mercredi dans un communiqué. "Nous regrettons vivement que les banques n'aient pas à cœur de maintenir une offre adaptée à ceux qui ne peuvent pas ou ne souhaitent pas profiter de cette digitalisation galopante", a déclaré Julie Frère, porte-parole de Test Achats qui ajoute que "le compte à vue est un service essentiel et les opérations courantes devraient rester commodes et très abordables pour tous".

Partant du constat que les hausses de prix se suivent et se ressemblent, et que rien n'a été mis en place pour ne pas laisser au bord de la route plusieurs centaines de milliers de personnes, Test Achats demande dès lors aux ministres Dermagne (Economie) et Van Peteghem (Finances) de geler les tarifs à partir du 1er février.

"Ce gel devrait être effectif jusqu'à la mise en place d'un élargissement du service bancaire de base afin que tous ceux qui ne fonctionnent pas de manière numérique puissent disposer d'un compte leur permettant de gérer leurs avoirs de manière autonome et à un prix très raisonnable. Ce compte comprendrait un nombre d'opérations dites manuelles à déterminer et les extraits papier gratuitement à disposition en agence ou au tarif postal si expédiés", estime l'organisation.

Une pétition pour ce gel qui a déjà été signée par 28.000 personnes sera remise aux ministres.