Le spécialiste des RH et du payroll SD Worx a fait réaliser une étude par le bureau d’études de marché Ipsos, sur 1 382 employeurs de huit pays européens. Concernant les entreprises belges, les dirigeants ont affirmé ressentir l’impact négatif le plus fort sur le bien-être, avec 49,9 % des sociétés qui ont vu le moral et la santé de leurs collaborateurs décliner en 2020. Ce sont ensuite les résultats financiers, la demande des clients et l'emploi dans cet ordre qui ont été les plus impactés.

En Belgique, environ quatre entreprises sur dix (42 %) ont vu leur chiffre d’affaires baisser l'année dernière. Par conséquent, la marge de manœuvre pour les hausses de salaire et les promotions a été considérablement réduite. Pas moins de 23,7 % des sociétés belges s’attendent à ce que les hausses de salaire ou les promotions soient aussi réduites en 2021. Les chiffres dans les autres pays suivent la même tendance.

Adaptation des coûts salariaux

"En Belgique, nous avons constaté un effet plus important : quatre entreprises belges sur dix ont octroyé en 2020 moins de hausses de salaire et de promotions qu’avant la crise du coronavirus. Pour 2021 également, un quart s’attend à ce qu’il y ait moins de marge de manœuvre à cet effet. Une entreprise sur trois s’attend à devoir adapter davantage ses coûts salariaux en 2021. C’est comparable à la plupart des pays, bien que ce soit moins le cas aux Pays-Bas et en Allemagne (environ une sur cinq) et plus le cas en France avec deux sur cinq", explique Vassilios Skarlidis, directeur régional PME de SD Worx.

L'enquête montre également que dans les PME jusqu' à 250 collaborateurs, les perspectives sont moins favorables. Car plus l’entreprise est petite, moins il y a de marge financière. "C’est ce que confirme une enquête récente menée auprès de plus de 600 dirigeants de PME : plus de la moitié (54,3 %) ne voient pas de marge de manœuvre pour une hausse de salaire, près d’un tiers (28,4 %) ne le savent pas encore et seuls 12,9 % donneront une hausse de salaire en 2021, souvent selon leur propre système, avec des bonus", complète Vassilios Skarlidis.