Twitter dégringole à Wall Street après ses résultats

Au total, Twitter a perdu près de la moitié de sa valeur boursière depuis le 26 décembre dernier, lorsque son action avait atteint un sommet de 73,31 dollars.

AFP
Twitter dégringole à Wall Street après ses résultats
©REPORTERS

L'action de Twitter dégringolait mercredi à son plus bas niveau depuis son introduction à Wall Street malgré de bons résultats financiers: aux yeux du marché, le réseau social ne parvient pas à attirer de nouveaux utilisateurs assez rapidement. Vers 14H50 GMT, le titre perdait 10,32% sur le New York Stock Exchange, et s'échangeait à 38,22 dollars, après avoir chuté un peu plus tôt jusqu'à 37,24 dollars, son plus bas niveau historique depuis son entrée en Bourse le 7 novembre 2013.

Au total, Twitter a perdu près de la moitié de sa valeur boursière depuis le 26 décembre dernier, lorsque son action avait atteint un sommet de 73,31 dollars en clôture. Le titre dépasse toutefois encore largement son prix d'introduction, de 26 dollars.

Le groupe californien a pourtant fait part mardi après la clôture de chiffres sur son bénéfice et son chiffre d'affaires supérieurs aux attentes sur les trois premiers mois de l'année et a confirmé ses prévisions pour le trimestre et l'année en cours.

Mais les investisseurs ont été déçus par la croissance trop lente du nombre d'utilisateurs: Twitter, qui n'a jamais engrangé de bénéfices depuis sa création en 2006, revendique 255 millions d'utilisateurs mensuels fin mars, soit 25% de plus qu'il y a un an, et 5,8% de plus que fin décembre.

C'est "en-dessous de l'attente moyenne des analystes de 257 millions", relevaient les spécialistes de BMO Capital Markets pour qui cette accélération "n'est pas suffisante".

L'action de Twitter reste par ailleurs "prise dans les filets du mouvement actuel de rejet des titres à la mode et à très forte valorisation", ajoutaient-ils.

A l'instar de Facebook ou Tesla, certaines sociétés au gros potentiel de croissance et à la forte visibilité sont en effet soupçonnées par les investisseurs d'être survalorisées et souffrent d'une désaffection de Wall Street depuis fin mars.