Attention à l’arnaque au Digipass : voici les 4 pièges les plus fréquents que vous tendent les escrocs

Les arnaques au Digipass sont très répandues, avec souvent les mêmes modes opératoires. Voici les quatres principaux.

Attention à l’arnaque au Digipass : voici les 4 pièges les plus fréquents que vous tendent les escrocs
©Reporters

Les arnaques au Digipass sont très répandues, avec souvent les même modes opératoires. Voici les quatres principaux.

1. L’arnaque de la Commission

Le ministre de l'intérieur Pieter De Crem, dans sa réponse à au député MR Gautier Calomne, explique que la victime est contactée par téléphone. L’escroc se présente comme faisant partie de la Commission européenne et indique à la victime qu’elle a été reconnue victime de harcèlement téléphonique. Ce qui est faux, évidemment. L’escroc continue en disant qu’une indemnisation a été débloquée et que, pour la recevoir directement sur le compte bancaire, la victime doit se munir de son Digipass et réaliser les manipulations qu’il va lui dicter. C’est là que les victimes tombent dans le piège.

2. Le coup du remboursement

Le ministre de l’Intérieur précise que le second modus operandi le plus souvent constaté par la police est le suivant : la victime est contactée par téléphone, l’escroc se présente comme faisant partie du ministère de la Santé et indique à la victime qu’elle a droit des remboursements de mutuelle. Pour recevoir les fonds directement sur le compte bancaire, la victime doit se munir de son Digipass bancaire et effectuer les manipulations que l’escroc va lui dicter. Une fois de plus, l’arnaque fonctionne et les escrocs n’ont plus qu’à vider les comptes.

3. L’annonce sur un site de revente

La troisième méthode d’escroquerie au digipass décrite par Pieter De Crem se passe via les sites de revente. La victime place une annonce sur le site 2e main.be. L’escroc contacte la victime par email en disant qu’il/elle est intéressé(e) par acheter l’objet mais qu’il/elle préfère que l’envoi soit expédié via la société DHL. La victime renvoi un document en donnant plusieurs informations sensibles à l’escroc (compte bancaire, numéro de téléphone). L’escroc appelle la victime en se présentant comme un employé la société DHL et sollicite un nombre de manipulations du Digipass pour confirmer l’envoi de l’article. Et le tour est hélas joué.

4. La technique dite Microsoft

La dernière méthode la plus utilisée par les escrocs au Digipass est celle dite Microsoft. Le ministre de l’Intérieur la décrit : la victime est contactée par téléphone par un prétendu collaborateur anglophone de Microsoft affirmant que son ordinateur présente des problèmes (de sécurisation). L’escroc se propose de les résoudre à distance et demande à la victime de se rendre sur un site web pour télécharger un logiciel qui lui permettra de prendre le contrôle de son ordinateur. L’escroc propose également d’acheter un logiciel supplémentaire pour renforcer la sécurisation de l’ordinateur. Il s’agit toutefois d’un logiciel malveillant (malware) qui, une fois installé, lui permettra d’obtenir un accès à l’ordinateur et aux données personnelles de la victime. L’escroc guide alors la victime à travers plusieurs écrans de paiement dans lesquels elle doit encoder le numéro de carte bancaire ainsi que les codes indiqués par le Digipass.