Delphine d'Amarzit va devenir la première femme à diriger la Bourse de Paris

Delphine d'Amarzit deviendra en mars la première femme à la tête de la Bourse de Paris. Reconnue pour son expertise dans le domaine des marchés de capitaux, elle succédera à Anthony Attia.

Delphine d'Amarzit, 47 ans, était actuellement directrice générale déléguée chez Orange Bank.
Delphine d'Amarzit, 47 ans, était actuellement directrice générale déléguée chez Orange Bank. ©Thales Group
La Libre Eco avec AFP

La Bourse de Paris va pour la première fois de son histoire, à partir du 15 mars, être dirigée par une femme en la personne de Delphine d'Amarzit, spécialiste des marchés de capitaux.

"Delphine d'Amarzit a été nommée Présidente-Directrice générale d'Euronext Paris et membre du directoire d'Euronext" à compter du 15 mars 2021, a annoncé l'opérateur boursier Euronext qui chapeaute six bourses européennes (Paris, Amsterdam, Bruxelles, Dublin, Lisbonne, Olso) dans un communiqué.

A 47 ans, elle deviendra la première femme dans l'histoire boursière à diriger la place parisienne.

Déjà une femme à la barre à Amsterdam, Lisbonne et Londres

Devenu l'un des principaux opérateurs de marchés en Europe continentale, Euronext compte déjà deux femmes à la tête des Bourses d'Amsterdam (Simone Huis in 't Veld) et de Lisbonne (Isabel Ucha). Il emploie 32 % de femmes (hors Borsa Italiana).

Son concurrent britannique, le London Stock Exchange Group (LSEG), a lui aussi annoncé le mois dernier la nomination d'une femme, Julia Hoggett, pour diriger la Bourse de Londres.

Directrice générale déléguée chez Orange Bank, filiale bancaire de l'opérateur télécoms Orange, Delphine d'Amarzit a "une connaissance approfondie des marchés de capitaux en Europe et en France", souligne Euronext.

Diplômée de l'ENA, Mme d'Amarzit a assumé diverses responsabilités dans la haute fonction publique, en tant qu'inspectrice générale des Finances d'abord, puis à la Direction du Trésor.

En plein coeur de la crise des subprimes, dans son rôle de conseillère pour les finances au cabinet du Premier ministre François Fillon (2007-2009), "elle a notamment participé à la définition de la réponse publique à la crise financière (...)", souligne le communiqué.

Mme d'Amarzit dit rejoindre le groupe à "un moment charnière" de sa stratégie de croissance, la première place financière paneuropéenne ayant encore grossi depuis le rachat effectif de la Bourse d'Oslo en 2019 tandis qu'elle s'apprête à finaliser celui de la bourse milanaise au premier semestre de cette année.

Elle succèdera à Anthony Attia, nommé dans le même temps directeur des marchés primaires et du "post-marché" (ndlr : les activités au-delà des négociations de titres) du groupe, un axe de développement encore accru avec l'intégration prochaine de la structure transalpine.

M. Attia tient les rênes d'Euronext Paris depuis 2014, année où sa maison mère a retrouvé son indépendance après plusieurs années passées dans le giron de groupes américains.

"Euronext ouvre un nouveau chapitre de son aventure de croissance avec l'acquisition prévue de Borsa Italiana, et le succès de sa récente expansion géographique et de ses d'activités", souligne le patron du groupe, Stéphane Boujnah, cité dans le communiqué.

Par conséquent, explique-t-il, "Euronext doit ajuster son organisation pour répondre à son ambition de bâtir la première infrastructure de marché paneuropéenne (...)".

Borsa Italia pour plus de 4 milliards d'euros

Depuis sa création il y a 20 ans, Euronext accueille dans son modèle fédéral des Bourses indépendantes en Europe et rassemble dans son directoire les patrons de ces différents marchés locaux.

Pour l'heure, la France est le plus gros contributeur au chiffre d'affaires du groupe (à hauteur de 49 %) mais elle serait supplantée par l'Italie au terme de la fusion d'Euronext avec Borsa Italia.

Le contexte de cette transaction de taille (4,33 milliards d'euros) est un peu particulier puisque la cession de la Bourse Italienne par l'opérateur britannique LSE était une condition préalable à son rachat du groupe américain de données financières Refinitiv. LSE ayant obtenu le feu vert de l'antitrust européen mercredi, la réalisation de l'acquisition de la Bourse italienne par Euronext apparaît donc très vraisemblable.

Euronext sortira radicalement différent de ce rachat puisqu'environ un quart des actions négociées en Europe le seront alors sur des plateformes du groupe.

L'opérateur qui s'est aussi beaucoup diversifié depuis trois-quatre ans autour de la fourniture de données et de services aux acteurs financiers, affiche une santé de fer. Sa capitalisation boursière a été multipliée par quatre en six ans et dépasse désormais les 6 milliards d'euros.