Quand Warren Buffett sème le trouble dans le cerveau des ordinateurs du Nasdaq

Le milliardaire américain Warren Buffett, patron du fonds d’investissement géant Berkshire Hathaway, n’a jamais voulu scinder ses actions "A" qui sont les plus chères du monde, à près de 425 000 dollars l’unité.

Quand Warren Buffett sème le trouble dans le cerveau des ordinateurs du Nasdaq
© Shutterstock
Van Campenhout Patrick

La raison ? Il a toujours préféré garder des actionnaires stables. En scindant les actions par 1 000, il en aurait amené le prix à 425 dollars, mais selon lui, cela aurait amené des investisseurs susceptibles d’amplifier la volatilité du titre. En 1995, Berkshire a donc créé une action de second niveau, l’action "B", qui se traite autour de 300 dollars. L’action des pauvres… 

Le Wall Street Journal explique toutefois cette semaine que les choses pourraient bien changer. En l’absence d’une modification de cette politique ou d’une modification majeure du système de gestion des cours des actions, le cœur informatique du Nasdaq va bientôt être incapable de gérer l’action Berkshire Hathaway "A". C’est que le système de gestion du Nasdaq opère sur base d’un cœur à 32 bits (1 ou 0) et que le plus grand nombre qu’il puisse traiter est 2 exposant 32 moins 1, soit 4 294 967 295. À première vue, pas de problème. Mais le système fonctionne sur base de prix avec 4 décimales, ce qui limite le cours maximum à 429 496,72 (95) dollars. 

Il va sans doute falloir un peu de diplomatie pour expliquer cela à M. Buffett. Le Wall Street Journal rappelle que ce dernier a coutume de souhaiter lors des anniversaires de ses amis de "vivre jusqu’au moment où l’action Berkshire Hathaway sera scindée"…