Les banques vont mieux que prévu. Rassurant ?

Le Crédit suisse et UBS ont dû acter de lourdes provisions en raison de la débâcle du fonds spéculatif américain Archegos auquel ils avaient prêté de l’argent. Faut-il y voir des cas isolés liés à une mauvaise gestion des risques ? Ou faut-il craindre des accidents similaires, qui justifieraient une séparation des métiers de banque d’affaires et de détail évoquée à chaque crise sans jamais se concrétiser ?

Les déboires du Crédit suisse ont relancé les craintes sur les risques pris par certaines banques d’affaires.
Les déboires du Crédit suisse ont relancé les craintes sur les risques pris par certaines banques d’affaires. ©Fabrice Coffrini/Belga
Ce début de semaine, le bancassureur KBC a publié un bénéfice net de 457 millions d’euros au 1er trimestre, meilleur que prévu (les analystes attendaient 417 millions). Il n’est pas le seul à avoir créé une bonne surprise. Presque tous les établissements...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité