Au lendemain des annonces de la Fed, Wall Street démarre à l'équilibre

Alors que la Fed a donné des pistes quant à la suite de sa politique monétaire, Wall Street faisait du surplace.

Au lendemain des annonces de la Fed, Wall Street démarre à l'équilibre
©Shutterstock
La Libre Eco avec AFP

La Bourse de New York évoluait sans direction claire jeudi matin au lendemain de la fin d'une réunion de politique monétaire de la Banque centrale américaine (Fed) lors de laquelle l'institution a envisagé deux hausses de ses taux directeurs en 2023.

Vers 14H00 GMT, le Dow Jones cédait 0,34 % à 33.919,54 points et le S&P 500 baissait de 0,05 % à 4.221,40 points. Le Nasdaq montait en revanche de 0,29 % à 14.080,71 points.

Wall Street avait reculé mercredi après les annonces du comité de politique monétaire de la Réserve fédérale.

Pour les analystes de Charles Schwab, "la Fed a adopté un ton un peu moins accommodant, avançant ses perspectives de relèvement de taux directeurs après avoir revu à la hausse ses prévisions de croissance et d'inflation". La Fed table en effet sur une hausse de 7,0 % du Produit intérieur brut américain en 2021, contre 6,5 % estimé en mars. L'inflation devrait elle atteindre les 3,4 % cette année, contre une estimation de 2,4 % en mars.

Le président de la Réserve fédérale, Jerome Powell, a toutefois campé sur ses positions lors de sa conférence de presse mercredi après-midi, rappelant que l'accélération de l'inflation était, selon lui, temporaire et devrait se stabiliser en 2022 et 2023.

"L'incertitude persiste pour savoir si la Fed peut mener à bien sa politique de manière efficace sur fond de pressions inflationnistes grandissantes et d'une accélération de la reprise économique", préviennent toutefois les experts de Charles Schwab.

Parmi les valeurs du jour, CureVac s'effondrait de 48,18 % après les résultats très décevants du vaccin contre le Covid-19 développé par ce laboratoire allemand, qui ne remplit pas à ce stade les critères de performance exigés pour une mise en circulation.

Le géant britannique du courtage en assurances Aon baissait de 1,80 %. Le ministère américain de la Justice a annoncé mercredi vouloir bloquer le rachat par Aon de son concurrent Willis Towers Watson (-0,48 %) au motif que l'opération pourrait faire monter les prix et réduire l'innovation.

Ford montait de 1,13 % après avoir indiqué s'attendre à un bénéfice ajusté avant impôt dépassant ses attentes pour le 2e trimestre et avoir fait part de réservations "solides" pour quatre nouveaux modèles, dont les versions électriques de son populaire pick-up F150 et de sa camionnette Transit.

Au rang des indicateurs du jour, l'activité manufacturière dans la région de Philadelphie a encore ralenti en juin, affectée notamment par les difficultés d'approvisionnement pour certains composants, mais la tendance générale reste bonne avec des attentes pour les six mois à venir au plus haut en près de 30 ans, selon un indice de la Fed.