Barco a flambé, mais l’action a encore du chemin à refaire

La fermeture des salles obscures a plongé Barco... dans le rouge à la Bourse. Mais la reprise économique laisse entrevoir une solide remontée.

Barco et son CEO Jan De Witte sortent d'une forte zone de turbulences.
Barco et son CEO Jan De Witte sortent d'une forte zone de turbulences. ©BELGA

Au début de l’année 2020, Barco était un membre incontestable de l’indice Bel 20, avec un cours sur des niveaux historiquement élevés (autour de 35 euros) au bout d’une trajectoire haussière qui avait vu le titre plus que tripler depuis la mi-2016. L’origine de cette performance était à rechercher dans la forte croissance de l’activité liée aux projecteurs numériques déployés dans les salles de cinéma.

L’épidémie de coronavirus a marqué un coup d’arrêt net à cette trajectoire haussière, avec un cours qui a perdu près de 65 % de sa valeur à mesure que les mesures de confinement ont forcé de nombreuses salles obscures à rester fermées dans la plupart des régions du monde. Cet effondrement du cours a également entraîné une sortie de l’indice Bel 20 au début de l’année 2021.

On attend les blockbusters

En outre, les sorties de plusieurs blockbusters sous format numérique ont laissé planer un doute quant à la capacité de redressement des opérateurs de cinémas. Ces incertitudes ont toutefois été progressivement dissipées, et le retour à la normale sur cette activité semble se profiler avec une vague de films qui devraient débouler sur les écrans durant les prochains mois (James Bond, de nombreux films Marvel, etc.).

Barco a flambé, mais l’action a encore du chemin à refaire
©IPM


À côté de l’activité des salles de cinéma, le groupe est également actif dans les systèmes de visioconférence, qui devraient retrouver un rythme de croissance soutenu à mesure que les entreprises seront en mesure d’accueillir à nouveau leur personnel. Dans l’ensemble, le consensus s’attend aujourd’hui à un redressement de l’activité en 2021 et 2022, avec un retour sur un niveau d’avant-crise d’ici 2023.

Les analystes retrouvent le sourire

Avec trois avis positifs pour deux neutres et un objectif actuellement supérieur au cours de Bourse, les analystes se sont réchauffés durant les derniers mois. À l’occasion de son relèvement à l’achat dans le courant du mois de mai, l’analyste de Kepler Cheuvreux soulignait que le profil de risque de Barco était désormais redevenu attractif au vu du redressement rapide du carnet de commandes. Le rapport cours/bénéfice est encore particulièrement élevé (supérieur à 20 sur base du résultat attendu pour 2023), mais le marché anticipe déjà un vent meilleur, le cours affichant un rebond de 31 % depuis le début de l’année soutenu par un rebond du carnet de commandes de 21 % durant le premier trimestre. Le lundi 19 juillet prochain, Barco sera un des premiers groupes belges à publier ses résultats pour le premier semestre 2021.