L’œil du marché : "L'appétit des investisseurs pour le risque reste élevé cette semaine"

Les Bourses européennes ont entamé ce vendredi dans le vert, à la faveur de signaux positifs quant à la reprise de l'économie, au début de séances où seront scrutés le rapport sur l'emploi américain et le sommet de l'Opep+.

placeholder
© Shutterstock
La Libre Eco avec AFP

La Bourse de Paris prolongeait ce matin son rebond de la veille (+0,27 %). A 9H50, l'indice CAC 40 gagnait 17,48 points à 6.571,30 points, au lendemain d'une progression de 0,71 %.

De son côté, le Dax de la Bourse de Francfort gagnait 0,55 % à 15 689.95 points, vers 10H05 (8H05 GMT). Le FTSE-100 de la Bourse de Londres grimpait de 0,46 % à 7 157.98 points et le Bel 20 de la Bourse de Bruxelles de 0,41 % à 4 183.30 points.

"L'appétit des investisseurs pour le risque reste élevé cette semaine", selon Ipek Ozkardeskaya, analyste de Swissquote Bank, soulignant la bonne tenue des marchés aux Etats-Unis.

Wall Street a ainsi fini en hausse jeudi grâce à des signes d'accélération de la reprise américaine: le Dow Jones a pris 0,38 %, le S&P 500 0,52 %, signant un nouveau plus haut historique, et le Nasdaq 0,13 %.

Parmi les bonnes nouvelles, le Fonds monétaire international (FMI) estime que la croissance aux Etats-Unis va atteindre en 2021 son rythme le plus rapide en 25 ans et s'établir à quelque 7 %.

En France, l'Institut national de la statistique (Insee) s'est lui aussi montré optimiste jeudi pour l'économie cette année. Il table désormais sur une croissance de 6 %, nettement supérieure aux prévisions du gouvernement, après la récession historique de 8 % enregistrée en 2020 en raison des restrictions causées par la crise sanitaire.

Cet élan profitait vendredi matin à la place parisienne, qui ne semblait guère s'inquiéter avant un rapport mensuel sur l'emploi pour juin et le taux de chômage aux Etats-Unis.

Les analystes tablent sur une légère baisse du taux de chômage à 5,7 % contre 5,8 % en mai, alors que le président de la Réserve Fédérale (Fed), la banque centrale américaine, a récemment reconnu que le marché de l'emploi prenait plus de temps que prévu pour se remettre de la crise provoquée par la pandémie de Covid-19

Besoin de positif

"Le marché a clairement besoin d'une publication positive pour maintenir son humeur optimiste, étant donné qu'une mauvaise surprise dans les chiffres de l'emploi ne pousserait pas la Fed à faire davantage" dans son soutien à l'économie, relève Ipek Ozkardeskaya.

Autre sujet d'attention pour les investisseurs ce vendredi: le sommet de l'Opep+, alors que les membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et leurs alliés n'ont pas trouvé jeudi de consensus concernant les quotas de production à partir du mois d'août.

Ces derniers sont attendus en légère hausse afin d'éviter une surchauffe des prix.

"La très attendue décision de l'Opep+ a été reportée à (vendredi), ce qui fait qu'elle est encore plus attendue", résume l'analyste de Swissquote Bank.

Si le dernier sommet avait été bouclé en un temps record, ce genre de report n'est toutefois pas exceptionnel. Il s'était d'ailleurs produit en janvier et un accord avait été trouvé dès le lendemain.

Sur le même sujet