La Bourse de New York en petite hausse au début d'une semaine calme

Wall Street a ouvert en légère hausse ce mardi, temporisant sans indicateur ou publication majeure au calendrier.

placeholder
© Shutterstock
La Libre Eco avec AFP

La Bourse de New York était en ordre dispersé mardi en début de séance, temporisant après avoir terminé la semaine précédente sur de nouveaux records et sans indicateur ou publication majeure au calendrier.

Vers 10H10 (14H10 GMT), le Dow Jones abandonnait 0,54 % à 34.597,47 points, le Nasdaq prenait 0,18 % à 14.664,96 points et l'indice élargi S&P 500 lâchait 0,24 % à 4.342 points.

Vendredi, les trois indices avaient tous fini à des niveaux historiques, portés par les chiffres du rapport mensuel sur l'emploi américain, avec des créations de postes supérieures aux attentes.

"Le marché a eu une belle trajectoire ces derniers temps", a expliqué Patrick O'Hare, de Briefing.com, dans une note. "De ce fait, des craintes commencent à naître sur le fait que le marché va connaître une période de décélération", a-t-il ajouté.

Selon plusieurs publications récentes, le premier semestre a aussi été marqué par l'arrivée d'investisseurs et d'argent frais sur les marchés actions, ce qui fait craindre un ralentissement durant la seconde moitié de l'année.

Hormis les indicateurs hebdomadaires habituels, aucune publication majeure n'est attendue cette semaine, qui fait suite au week-end férié de la fête nationale (4 juillet).

Côté entreprises, la saison des résultats ne démarrera que mi-juillet.

L’œil côté chinois

Le marché scrutait mardi les valeurs chinoises cotées aux Etats-Unis, après la mauvaise séquence du "Uber chinois" Didi Chuxing, dans la tourmente moins d'une semaine après son introduction en Bourse, mercredi dernier.

Le titre perdait 22,18 % à 12,09 dollars, plombé par une série d'annonces de l'Autorité chinoise de surveillance de la cybersécurité, qui a ouvert une enquête sur l'application de véhicules de tourisme (VTC), interdit à la société d'accepter de nouveaux utilisateurs et sommé les plateformes d'applications de retirer Didi de leur offre.

Deux autres sociétés chinoises, Full Truck Alliance (fret et réservation de camions) et Kanzhun (recherche d'emploi), sur lesquelles le régulateur a également annoncé enquêter lundi, accusaient aussi le coup mardi, perdant respectivement 19,30 % et 10,49 %.

L'hémorragie touchait de nombreuses valeurs chinoises de Wall Street, notamment le géant du commerce en ligne Alibaba, qui abandonnait 2,28 % à 212,79 dollars, dans un contexte de durcissement des autorités chinoises vis-à-vis des fleurons technologiques nationaux.

Le réseau social chinois Weibo tirait son épingle du jeu, porté par des informations de presse selon lesquelles le groupe serait en discussion avec un investisseur chinois pour sortir de la cote. Bien que l'entreprise ait rapidement démenti, l'action gagnait 8,43 % mardi, à 58,89 dollars.

Pour son premier jour de cotation après le passage de témoin entre Jeff Bezos et Andy Jassy au poste de directeur général, Amazon gagnait 3,12 % à 3.620,48 dollars. Le fondateur du titan de la nouvelle économie a conservé la présidence exécutive du conseil d'administration.

Sur le même sujet