La Bourse de New York sur la pente ascendante, grâce à la Fed et aux résultats d'entreprises

Wall Street a ouvert en hausse ce mercredi, rassurée par des commentaires prudents du président de la banque centrale américaine (Fed) sur l'inflation.

La Bourse de New York sur la pente ascendante, grâce à la Fed et aux résultats d'entreprises
©Shutterstock
La Libre Eco avec AFP

La Bourse de New York a ouvert en hausse mercredi, rassurée par des commentaires prudents du président de la Banque centrale américaine (Fed) sur l'inflation et par une nouvelle vague de résultats d'entreprises de haute volée.

Quelques minutes après l'ouverture, le Dow Jones prenait 0,30 % à 34.994,53 points, le Nasdaq 0,54 % à 14.757,34 points et l'indice élargi S&P 500 0,41 % à 4.387,33 points.

Dans le texte liminaire préparé pour son audition devant la Chambre des représentants et publié avant l'ouverture du marché, le président de la Fed Jerome Powell n'a pas varié de la ligne adoptée jusqu'ici par l'institution concernant la récente poussée d'inflation.

Pour la Réserve fédérale, le phénomène est transitoire et l'inflation devrait ralentir d'ici quelques mois.

"En gros, rien n'a changé", a commenté Peter Cardillo, responsable de l'analyse marché chez Spartan Capital. "Son discours reste le même: c'est temporaire."

L'indice des prix à la production (PPI), publié mercredi par le département du Travail, a montré une hausse de 7,3 % sur un an, la plus forte jamais enregistrée depuis l'introduction de ce chiffre, en 2010.

Autre facteur de soutien à Wall Street, les très bons résultats trimestriels publiés mardi et mercredi, avec une série de banques toutes portées par la bonne santé de l'économie américaine. Dès lors, "le marché est prêt à rattraper les pertes" enregistrées mardi, a estimé Peter Cardillo.

Delta Air Lines se remet

Tout comme JPMorgan Chase et Goldman Sachs la veille, Citigroup, Wells Fargo et Bank of America ont publié mercredi un bénéfice nettement supérieur aux attentes des analystes, dopé par une diminution des réserves constituées en début de crise sanitaire pour faire face à une dégradation de l'économie.

Contrairement à Citi (+2,14 %) et Wells Fargo (+1,33 %), Bank of America cédait néanmoins du terrain (-2,42 %) en début de séance, affectée par un chiffre d'affaires légèrement inférieur aux attentes, dû en bonne partie à une baisse des revenus du trading.

La compagnie aérienne Delta Air Lines (-0,53 % à 41,11 dollars) a publié mercredi son premier bénéfice trimestriel depuis le début de la pandémie, indiquant que le trafic passagers aux Etats-Unis avait retrouvé ses niveaux de 2019.

Le premier gestionnaire d'actifs au monde, l'Américain BlackRock, a vu sa collecte nette progresser au deuxième trimestre, pour atteindre 9.496 milliards de dollars, soit plus que ne le prévoyait le marché. Pour autant, l'action se repliait nettement de 3,78 % dans les premiers échanges, à 873,71 dollars.

Apple profitait d'une information de l'agence Bloomberg selon laquelle le groupe de Cupertino (Californie) prévoirait une production d'iPhones en hausse de 20 % cette année par rapport à 2020. Le titre prenait 1,72 % à 148,14 dollars et se rapprochait encore un peu plus du seuil symbolique de 2.500 milliards de dollars de capitalisation (2.472).

Sur le même sujet