Wall Street diminue à l'ouverture, déçue par quelques indicateurs macroéconomiques

La Bourse de New York a ouvert mardi en baisse, pas impressionnée par les résultats d'entreprises pourtant souvent supérieurs aux attentes

Wall Street diminue à l'ouverture, déçue par quelques indicateurs macroéconomiques
© Shutterstock
La Libre Eco avec AFP

Wall Street a ouvert mardi en baisse, pas impressionnée par les résultats d'entreprises pourtant souvent supérieurs aux attentes et déçue par un indicateur macroéconomique inférieur aux prévisions.

Vers 14H10 GMT, le Dow Jones perdait 0,47 % à 34.979,33 points, après avoir enregistré un nouveau record la veille, le Nasdaq 0,90 % à 14.811,07 points et l'indice élargi S&P 500 0,45 % à 4.402,32 points.

La vague de publications d'entreprises, avec des chiffres très séduisants dans l'ensemble, de Tesla à Hasbro hier, n'a pas suffi à entraîner les indices, qui avaient grappillé un peu de terrain lundi.

"Les investisseurs sont devenus tellement exigeants par rapport aux résultats des entreprises que le moindre mot inattendu fait baisser les actions", a observé Gregori Volokhine, de Meeschaert Financial Services. "Etre très bon ou excellent ne suffit pas. Il faut être excellent, avec un plus qui est inattendu."

Illustration, Tesla, qui bien qu'ayant fait mieux qu'attendu et dégagé, pour la première fois, plus d'un milliard de dollars de bénéfices sur un trimestre (1,14 milliard), abandonnait 1,80 % à 645,77 dollars.

Même constat pour le groupe de messagerie UPS, qui cédait 9,23 % à 190,50 dollars. Plutôt que le chiffre d'affaires et le bénéfice supérieurs aux anticipations, les investisseurs s'attardaient sur les commentaires prudents des dirigeants et des revenus moins bons que prévus sur le marché américain.

Après Bourse, sont attendus les stars de la tech Microsoft, Alphabet (Google) et Apple.

Davantage de commandes de biens durables

Sur le plan macroéconomique, les commandes de biens durables ont augmenté moins vite qu'attendu en juin et ont ralenti par rapport à mai.

Au tableau des valeurs, le groupe diversifié General Electric (GE) profitait (+1,24 % à 13,08 dollars) de résultats trimestriels supérieurs aux attentes accompagné d'un relèvement partiel de ses prévisions.

GE reste en perte (1,2 milliard de dollars), mais a vu son chiffre d'affaires et ses marges progresser, tandis qu'il dégageait de nouveau un flux de liquidités disponibles positif.

La série noire se poursuit pour les valeurs chinoises de la cote, qui vivent au rythme des nouvelles contraintes réglementaires annoncées avec régularité par les autorités chinoises depuis un mois.

Le géant du commerce en ligne Alibaba abandonnait ainsi 4,05 %, la plateforme de mise en relation des producteurs agroalimentaires et des consommateurs Pinduoduo 4,05 % et le conglomérat internet Tencent 4,47 %.

"Je pense qu'on devrait être peut-être plus inquiets que ce qu'on est, parce que l'argument de dire c'est un problème politique mais ça n'affecte pas la croissance en Chine, ce n'est pas forcément le meilleur", a estimé Gregori Volokhine. "Cela a un effet très négatif sur les marchés financiers (chinois). C'est quand même une ombre au tableau."

Le groupe industriel Raytheon a relevé mardi ses prévisions de bénéfice et de chiffre d'affaires annuels, annonce qui a bénéficié au titre, en hausse de 3,60 % à 89,04 dollars.

Sur le même sujet