La Bourse de New York augmente faiblement à l'ouverture, peu impressionnée par des résultats d'entreprises positifs

Wall Street a ouvert en modeste hausse ce mercredi, peu motivée par une salve de résultats d'entreprises très positifs.

La Bourse de New York augmente faiblement à l'ouverture, peu impressionnée par des résultats d'entreprises positifs
© Shutterstock
La Libre Eco avec AFP

La Bourse de New York évoluait en ordre dispersé mercredi après l'ouverture, peu impressionnée par une salve de résultats d'entreprises très positifs, en attendant l'issue d'une réunion monétaire de la Banque centrale américaine (Fed).

Vers 16H15 GMT, l'indice Dow Jones lâchait 0,29 % à 34.957,89 points. Le Nasdaq à forte coloration technologique avançait de 0,65 % à 14.554,39 points et l'indice élargi S&P 500 cédait 0,06 % à 4.398,69 points.

Mardi, Wall Street avait interrompu cinq séances de hausse en lâchant 0,24 % pour le Dow Jones, 1,21 % pour le Nasdaq et 0,47 % pour le S&P 500.

"Il y a eu une tonne de nouvelles sur le front des bénéfices après la clôture d'hier", soulignait Patrick O'Hare de Briefing.com, citant Apple, Microsoft, Alphabet, Boeing, Pfizer et McDonald's.

"Toutes ces sociétés ont dépassé les attentes, facilement, mais la réaction du marché ne donne pas cette impression", a ajouté l'analyse. "D'une manière générale, c'est sans surprise aux yeux des investisseurs que les compagnies affichent des résultats meilleurs que prévu".

Pour Art Hogan, de National Securities, "il semble que les investisseurs soient revenus à leur modèle: 'vendre sur la nouvelle'", après avoir acheté.

Les indices évoluent en effet à des niveaux records et le marché se restreint de trop célébrer les bonnes nouvelles qui déclenchent plutôt "une angoisse de croissance maximale", souligne encore Patrich O'Hare.

"Il est difficile de penser que les choses peuvent aller beaucoup mieux", résume-t-il.

Outre ces annonces, Wall Street attend à 18H00 GMT l'issue de la réunion monétaire de la Banque centrale américaine puis la conférence de presse de son président, Jerome Powell.

Pas de surprise attendue

Le patron de la Fed ne devrait pas créer de surprise alors que la Banque centrale maintient que l'inflation est passagère et ne semble pas avoir l'intention dans l'immédiat d'annoncer des préparatifs à un ralentissement du soutien monétaire.

"Ne soyez pas surpris si vous n'êtes pas surpris par ce que la Fed communique aujourd'hui", ironise Patrick O'Hare.

Au rang des actions, le laboratoire Pfizer, qui prévoit d'écouler cette année pour 33,5 milliards de dollars de vaccins contre le Covid-19 développés en partenariat avec l'allemand BioNTech, gagnait 2,33 % à 43,08 dollars.

Alphabet (Google) progressait de 1,28 % à 2.771,03 et Microsoft prenait +0,38 % à 287,67 dollars après des résultats très solides.

Boeing grimpait de 4,94 % à 233,12 dollars, après être repassé dans le vert au 2e trimestre après six trimestres de pertes.

Le géant des fast-food McDonald's, dont le titre avait gagné presque 1 % la veille, abandonnait 2,44 % malgré des ventes et un bénéfice supérieurs aux prévisions.

Les rendements obligataires sur les bons à dix ans se tendaient légèrement à 1,25 % contre 1,24 % la veille.

Sur le même sujet