La Bourse de New York réagit mollement aux bons chiffres de l'emploi américain

Wall Street réagissait peu ce vendredi, ouvrant en ordre dispersé, aux forts chiffres de juillet pour l'emploi aux Etats-Unis.

La Bourse de New York réagit mollement aux bons chiffres de l'emploi américain
© Shutterstock
La Libre Eco avec AFP

La Bourse de New York évoluait en ordre dispersé, le Dow Jones naviguant à un record en matinée, après les solides chiffres de l'emploi aux Etats-Unis en juillet, le taux de chômage tombant de 5,9 % à 5,4 %. Vers 14H30 GMT, l'indice Dow Jones avançait de 0,31 %, s'inscrivant de peu au-dessus de son dernier record, le Nasdaq perdait 0,30 % et l'indice élargi S&P 500 grappillait 0,10 %.

"Le marché a réagi sans grande conviction" en début de séance, notait Patrick O'Hare de Briefing.com, alors que les investisseurs passaient au crible le rapport optimiste sur l'emploi de juillet.

Des bonnes nouvelles pour l'emploi

Selon le rapport du ministère du Travail diffusé avant l'ouverture du marché, le taux de chômage a reculé de 5,9 % à 5,4 %, à la surprise des analystes qui attendaient 5,6 %.

Le mois dernier, l'économie américaine a créé 943 000 emplois, plus que prévu, et les embauches du mois de juin ont été révisées en hausse à 938 000, ainsi que celles de mai.

L'essentiel de ces créations d'emplois est intervenu dans les services, contre 27 000 seulement dans l'industrie manufacturière.

Les secteurs de l'hôtellerie et de la restauration ont fortement embauché (380 000), reflétant le rebond de l'économie. Mais les effectifs sont encore inférieurs de 10 % par rapport à la période précédant la pandémie.

En hausse pour le troisième mois d'affilée, le salaire horaire moyen a augmenté de 11 cents, soit +0,4 % et +4 % sur un an, ce qui peut raviver les craintes d'inflation.

La réaction de Wall Street plutôt tiède s'expliquait, selon Art Hogan de National Securities, parce qu'"on est à des niveaux records, cela tempère la réaction".

Le Dow Jones évoluait de peu au-dessus de son précédent record du 26 juillet, ainsi que l'indice élargi S&P 500 qui a franchi un nouveau sommet la veille, tout comme le Nasdaq.

Ces chiffres "sont une très bonne nouvelle, celle dont on avait besoin", a indiqué l'analyste ajoutant que sur une moyenne de trois mois, 831 000 nouveaux emplois mensuels ont été créés contre 559 000 en moyenne un mois plus tôt.

"Cela va clairement dans la bonne direction" vers un redressement du marché du travail mais aussi vers la confirmation que la Banque centrale (Fed) pourrait annoncer son programme de diminution des achats d'actifs en septembre, a indiqué M. Hogan à l'AFP.

"Les marchés doivent mesurer leur enthousiasme" entre le dynamisme de la reprise attesté par ces bons chiffres et la perspective d'une réduction du soutien monétaire de la part de la Fed qui se rapproche, a-t-il ajouté.

Expedia en plongée

Le dollar grimpait nettement par rapport aux principales monnaies après ces chiffres positifs et les taux d'intérêt sur les bons du Trésor à 10 ans remontaient à 1,28 % contre 1,22%.

Le site de voyage Expedia perdait 9,25 % après avoir annoncé de bons résultats mais des perspectives incertaines en raison de la perte de confiance dans les voyages à cause du variant Delta.

Le titre volatil du courtier en ligne Robinhood repartait à la hausse (+9,24 %) après avoir perdu plus d'un quart de sa valeur (-27,59 %) la veille à la suite d'une flambée en milieu de semaine.

Le géant du commerce sur internet Amazon baissait de 0,72 % à 3 351 dollars.

Sur le même sujet