L’œil du marché : "Le rapport mensuel sur l'emploi américain sera le principal point d'attention du jour"

Les Bourses européennes ont entamé la journée de ce vendredi autour de l'équilibre, limitant les prises de risque avant la publication de chiffres sur l'emploi aux Etats-Unis, très attendus par la Banque centrale américaine et les investisseurs.

L’œil du marché : "Le rapport mensuel sur l'emploi américain sera le principal point d'attention du jour"
©Shutterstock
La Libre Eco avec AFP

La Bourse de Paris se tenait sur la réserve (-0,13 %) à l'ouverture. A 09H00, l'indice phare CAC 40 cédait 8,67 points à 6.772,49 points, au lendemain d'une progression de 0,52 %.

Le Dax de la Bourse de Francfort était affiché à +0,11 % à 15 761.52 points vers 9H25 (7H25 GMT), et le FTSE-100 de la Bourse de Londres à -0,14 % à 7 110.35 points. L'indice vedette de la Bourse de Bruxelles le Bel 20 perdait quant à lui 0,24 % à 4 283.11 points.

"Le rapport mensuel sur l'emploi américain sera le principal point d'attention du jour et constitue le dernier rendez-vous d'importance avant Jackson Hole à la fin du mois", rappelle Tangi Le Liboux, stratégiste chez Aurel BGC.

Des annonces sur le calendrier des prochaines mesures de la Réserve fédérale américaine (Fed) sont attendues lors de la conférence de Jackson Hole.

Et après des créations d'emplois dans le secteur privé jugées très décevantes mercredi et un recul moins fort que prévu des inscriptions hebdomadaires au chômage, le rapport mensuel sera scruté par la Fed, qui attend que l'économie américaine se soit redressée avant de changer sa politique monétaire.

La taux de chômage aux Etats-Unis "semble être plus préoccupant pour certains membres du comité de politique monétaire de la Fed que la forte hausse des prix que nous voyons actuellement dans les dernières données économiques", estime Michael Hewson, analyste chez CMC Markets UK.

En France, l'emploi salarié privé retrouve globalement son niveau d'avant-crise et enregistre une progression de 1,2 %, au deuxième trimestre, soit 239.500 créations nettes d'emplois, selon une estimation provisoire de l'Insee.

Le déficit commercial de la France au premier semestre 2021 s'est creusé à 34,8 milliards d'euros malgré des exportations dynamiques.

La production industrielle a sensiblement chuté en Allemagne en juin et cela pour le troisième mois d'affilée, sur fond de problèmes récurrents d'approvisionnement en matériaux et composants plombant de nombreux secteurs.

Au Japon, la consommation des ménages a reculé de 5,1 % en juin sur un an, des chiffres nettement inférieurs aux attentes.

Sur le même sujet