Coup d'arrêt pour les Bourses européennes, le CAC 40 échoue proche de son plus haut historique

Après une semaine marquée par une progression quasi ininterrompue, les Bourses européennes marquaient le coup. Le Bel 20 perdait ainsi un demi point de pourcentage après dix jours de hausse.

Coup d'arrêt pour les Bourses européennes, le CAC 40 échoue proche de son plus haut historique
©AFP
La Libre Eco avec AFP
  • Après avoir progressé de 3,84 % depuis le début du mois, la Bourse de Bruxelles reculait à l'instar de ses voisines européennes et de Wall Street à son ouverture. Le Bel 20 perdait 0,54 % à 4 338,35 points avec 12 de ses éléments dans le rouge. Aperam (53,48) et arGEN-X (261,10) étaient en tête des baisses avec des reculs de 2,19 et 2,06 % tandis que Solvay (116,10) et Galapagos (49,44) reculaient de 1,61 et 0,84 %, UCB (98,28) gagnant de justesse 0,12 %. Les immobilières se distinguaient avec WDP (38,78), positive de 1,25 % tandis que Aedifica (123,60) et Cofinimmo (142,20) s'appréciaient de 0,16 et 0,64 %.

La Bourse de Paris, qui était à deux doigts d'atteindre son record historique la semaine dernière, a calé (- 0,83 %), plombée par des signes de ralentissement de la croissance en Chine. L'indice parisien CAC 40 a rétrogradé de 57,27 points à 6 838,77 points, après être passé au-dessus des 6 900 points vendredi en séance.

"Les nouvelles venant de Chine, avec une production industrielle sensiblement inférieure aux attentes tout comme les ventes au détail, confirment un ralentissement du rythme de la croissance qu'on avait déjà noté depuis le mois dernier" dans la deuxième économie mondiale, indique à l'AFP Daniel Larrouturou, gérant chez Dôm Finance.

Les marchés considèrent que ces statistiques peuvent être des éléments "précurseurs de ce qui peut se passer aux Etats-Unis et en Europe", explique-t-il.

Des chiffres outre-Atlantique sont allés dans le même sens, avec un ralentissement plus fort que prévu de l'activité manufacturière de la région de New York en août.

Pour l'expert, "il est probable qu'il s'agisse juste d'un petit contre-temps dans la remontée jusqu'au sommet", sachant toutefois qu'en comptant les dividendes, le record absolu de la valeur de l'indice est déjà atteint.

Les nouvelles n'étaient guère meilleures à la Bourse de Londres, puisque le FTSE-100 lâchait 0,90 % à 7 153,98 points. La Bourse de Francfort connaissait un recul plus relatif que ses voisines, le DAX cédant tout de même 0,32 % à 15 925,73 points.

Valeurs de clôture du lundi 16 août 2021 des actions qui composent le Bel 20 à la Bourse de Bruxelles :

  • AB InBev - 52,65 (52,67)
  • Ackermans - 148,50 (149,50)
  • Aedifica + 123,60 (123,40)
  • Ageas - 44,24 (44,61)
  • Aperam - 53,48 (54,68)
  • arGEN-X - 261,10 (266,60)
  • Cofinimmo + 142,20 (141,30)
  • Colruyt + 48,10 (48,01)
  • Elia + 104,90 (104,80)
  • Galapagos - 49,44 (49,85)
  • GBL - 99,18 (99,98)
  • KBC - 71,00 (71,44)
  • Melexis - 99,85 (100,20)
  • Proximus + 17,55 (17,53)
  • Sofina - 384,00 (386,80)
  • Solvay - 116,10 (118,00)
  • Telenet + 31,92 (31,88)
  • UCB + 98,28 (98,16)
  • Umicore - 59,80 (60,00)
  • WDP + 38,78 (38,30)

L'avis du Broker pour Biotalys, Ahold Delhaize et Sipef

Biotalys (+3,1 % à 7,42 euros) a reçu deux premiers avis « acheter » de la part des courtiers qui ont organisé l'introduction en bourse du groupe, avec des objectifs fixés respectivement à 10,5 euros chez l'allemand Berenberg et à 8,7 euros chez le belge KBC Securities. Chez ce dernier courtier, l'analyste pointe les nombreux produits actuellement dans le pipeline du groupe spécialisé dans la diminution des coûts de développement pour de nouveaux pesticides, avec un marché potentiel approchant les 5 milliards de dollars. "La plupart de ces produits sont toutefois encore dans les premiers stages de leurs développement."

Ahold Delhaize (+0,2 % à 27,87 euros) a enregistré plusieurs révisions favorables de ses objectifs suite à la publication des bons résultats semestriels, vers 25 euros chez Credit Suisse (« neutre »), vers 27 euros chez Jeffereis (« conserver »), vers 27,5 euros chez Barclays (« neutre »), vers 30,8 euros chez Bernstein (« surperformer »), vers 25 euros chez Berenberg (« conserver ») ou vers 30,5 euros chez KBC Securities (« acheter »). Les analystes soulignent généralement le niveau soutenu des ventes en Europe et aux Etats-Unis, et la révision à la hausse des attentes de la direction pour le reste de l'année.

Sipef (+0,2 % à 52 euros) a été confirmé à « acheter » chez KBC Securities, l'objectif de cours grimpant de 55 vers 61 euros suite à la publication d'excellents résultats pour le premier semestre. « Nous avons relevé nos attentes au vu du niveau élevé du prix de l'huile de palme. Dans le même temps, Berenberg a confirmé son avis « acheter » avec un objectif grimpant vers 61 euros.