La Bourse de New York ouvre dans le rouge après les ventes au détail

Wall Street ouvrait en nette baisse ce mardi, se montrant maussade après la faiblesse des ventes au détail aux Etats-Unis.

La Bourse de New York ouvre dans le rouge après les ventes au détail
©Shutterstock
La Libre Eco avec AFP

La Bourse de New York ouvrait en nette baisse, se montrant d'humeur maussade après la faiblesse des ventes au détail aux Etats-Unis en juillet, reflétant les craintes que le variant Delta ait un impact sur l'activité économique.

Vers 13H50 GMT, l'indice Dow Jones perdait 0,76 % à 35 358,83 points. Le Nasdaq, à forte coloration technologique, abandonnait 0,75 % à 14 703,24 points. L'indice élargi S&P 500 lâchait 0,69 % à 4 448,62 points.

La veille, après avoir mal commencé, l'indice Dow Jones (+0,31 %) et le S&P 500 (+0,26 %) avaient atteint de nouveaux sommets, cumulant cinq séances de hausses consécutives. Le Nasdaq était resté dans le rouge (-0,20 %).

Les effets du variant Delta

Wall Street était déjà en territoire négatif avant la publication de l'indice des ventes au détail qui s'est avéré pire que prévu avec un recul de 1,1 % contre -0,2 % anticipé par les analystes. "En surface c'est décevant, mais dans le détail c'est mieux", assurait Ian Shepherdson, économiste pour Pantheon Macroeconomics pointant la révision de la hausse des ventes de juin à +0,7 %.

En juillet, c'est le plongeon des ventes automobiles (-3,9 %), qui a particulièrement plombé l'indice. L'analyste soulignait qu'il était "impossible de séparer les répercussions de la baisse des chèques de relance de celui, possible, du variant Delta, qui a commencé à toucher les restaurants et le transport aérien fin juillet".

"Le variant Delta va frapper plus fort en août, aussi allons-nous devoir abaisser drastiquement nos prévisions des dépenses de consommation pour le 3e trimestre", a encore averti Ian Shepherdson.

Les dépenses de consommation aux Etats-Unis représentent les trois quarts du PIB et sont la locomotive de la croissance de la première économie mondiale.

Walmart dans le vert

Au rang des bonnes nouvelles, la production industrielle a augmenté plus fortement qu'attendu (+0,9 %) en juillet.

Le titre du numéro un de la distribution Walmart, qui a annoncé mardi un bénéfice net par action un peu en deça des prévisions pour un meilleur chiffre d'affaires, grappillait +0,24 % à 151 dollars. Le géant du discount a relevé ses prévisions pour l'ensemble de l'année.

La chaîne de bricolage Home Depot perdait 4,63 % à 319 dollars, malgré des résultats meilleurs que prévu mais une fréquentation moindre au 2e trimestre.

Alors que Pékin a rendu publiques les grandes lignes de sa nouvelle réglementation du secteur de la tech, les titres des grands groupes chinois de l'internet cotés à New York plongeaient comme Alibaba (-3,13 %), Tencent (-9 %), Baidu (-3,86 %).

Les rendements sur les bons à dix ans, qui étaient tombés à 1,22 % avant l'ouverture, remontaient à 1,25 % contre 1,26 % la veille.

Sur le même sujet