Wall Street hésite à l'ouverture, le marché tourné vers Jackson Hole

La Bourse de New York a ouvert la séance de jeudi en ordre dispersé, après une série de records.

Wall Street hésite à l'ouverture, le marché tourné vers Jackson Hole
©Shutterstock
La Libre Eco avec AFP

La Bourse de New York a ouvert la séance de jeudi en ordre dispersé, après une série de records, les opérateurs optant pour une pause avant le discours du président de la banque centrale américaine (Fed), à Jackson Hole, vendredi. Vers 14H10 GMT, le Dow Jones gagnait 0,10 % à 35.442,58 points, tandis que le Nasdaq, à forte concentration technologique, prenait 0,11 % à 15.057,68 points, et que l'indice élargi S&P 500 cédait 0,11 % à 4.491,05 points.

Mercredi, le Nasdaq avait enregistré son troisième record d'affilée, toujours porté par la bonne santé des valeurs technologiques.

"Dans un ralentissement de l'économie, qui n'est pas terrible mais réel au mois de juillet et au mois d'août, ces sociétés technologiques continuent à avoir des taux de croissance extrêmement élevés", a observé Gregori Volokhine, de Meeschaert Financial Services. "Chaque fois que l'économie ralentit un peu, on retourne sur ces valeurs technologiques. C'est un peu un refuge."

Beaucoup s'attendaient à une séance attentiste, similaire à celle de mercredi, dans l'attente du discours du président de la Banque centrale américaine (Fed), Jerome Powell, vendredi.

Le patron de l'institution pourrait donner de nouvelles indications sur le calendrier de réduction des mesures de soutien à l'économie américaine. Dans une interview vendredi à la chaîne Fox Business, la présidente de l'antenne de Kansas City (Missouri) de la Fed, Esther George, a indiqué que sa préférence allait à un début "plus tôt que plus tard", sans précision.

Dans ce climat incertain, "il n'y a pas vraiment de raison d'augmenter les prises de risques des investisseurs quand tous les indices sont au plus haut", a estimé Gregori Volokhine, "donc ça semble être une séance de pause. Il n'y a pas non plus de raison que les indices baissent fortement."

Produit intérieur brut

La publication, avant Bourse, d'une nouvelle estimation, légèrement supérieure à la précédente, de la croissance du PIB aux Etats-Unis pour le deuxième trimestre, à 6,6 % en rythme annualisé contre 6,5 % initialement annoncé, a orienté favorablement la séance.

Parmi les valeurs de la cote, le spécialiste des services informatiques dédiés à la relation client Salesforce bondissait (+4,92 % à 273,68 dollars) après la publication, mercredi après Bourse, de résultats trimestriels meilleurs qu'attendus.

Le groupe cosmétique Coty faisait encore mieux (+14,22 % à 9,40 dollars), après avoir publié un chiffre d'affaires trimestriel supérieur aux prévisions, mais un bénéfice par action en-deçà des attentes.

Le fabricant de véhicules électriques Lordstown Motors bénéficiait jeudi (+27,59 % à 7,03 dollars) de l'annonce de la nomination d'un nouveau directeur général, Daniel Ninivaggi, qui a déjà occupé plusieurs postes dans le secteur de l'automobile et des transports.

Cette arrivée est vue comme un élément rassurant pour une entreprise qui a connu une série de revers depuis son introduction en Bourse en octobre 2020 et fait l'objet de plusieurs enquêtes. La chaîne de magasins de vêtements Abercrombie & Fitch (-14,09 % à 34,19 dollars) dégringolait après avoir fait état de ventes trimestrielles inférieures aux prévisions du marché.

Le taux des emprunts d'Etat américains à 10 ans poursuivait son ascension, à 1,36 %, proche de son plus haut niveau depuis mi-juillet.

Sur le même sujet