L’œil du marché : "Le président de la Fed Jerome Powell a fait tout ce qui était attendu"

Les Bourses européennes ouvraient globalement stables et optimistes ce lundi matin, seul le Bel 20 en très léger recul.

L’œil du marché : "Le président de la Fed Jerome Powell a fait tout ce qui était attendu"
© Shutterstock
La Libre Eco avec AFP

La Bourse de Paris a ouvert en légère hausse (+0,12 %) après le discours jugé accommodant bien que vague du président de la Réserve fédérale (Fed) américaine vendredi. A 9H00, l'indice vedette CAC 40 avançait de 8,36 points à 6.690,28 points. Vendredi, la cote avait progressé de 0,24 %.

Pour sa part, le Dax de la Bourse de Francfort gagnait 0,11 % à 15 869.43 points, vers 9H40 (7H40 GMT). Le FTSE-100 de la Bourse de Londres grimpait de 0,32 % à 7 148.01 points, et le Bel 20 de la Bourse de Bruxelles affichait lui une petite baisse de 0,05 % à 4 316.38 points.

La séance du jour devrait être calme en l'absence du marché londonien, fermé en raison d'un jour férié. Dans son discours au symposium annuel des banquiers centraux à Jackson Hole, le président de la Fed Jerome Powell "a fait tout ce qui était attendu en signalant que l'allègement du soutien monétaire était à l'agenda mais pas la hausse des taux d'intérêt", note Jeffrey Halley, analyste chez Oanda.

Jerome Powell a confirmé que l'institution devrait commencer à réduire ses achats mensuels d'actifs avant la fin de l'année à la condition que l'économie américaine continue de s'embellir et que les progrès vers le plein emploi se poursuivent.

Le flou demeure en revanche sur le calendrier mais la Fed répète depuis des mois qu'elle veillera à ne pas surprendre les marchés et que l'allègement du soutien monétaire se fera graduellement.

Les investisseurs vont par conséquent examiner si la trajectoire du retour à l'emploi se confirme dans la première économie mondiale en scrutant des données attendues sur le marché du travail en milieu et fin de semaine.

M. Powell n'a pas non plus fixé de calendrier en ce qui concerne un relèvement des taux directeurs de la Fed, actuellement autour de 0 %, ce qui signifie qu'ils pourraient rester encore longtemps à ces niveaux très bas. Un grand nombre d'experts penchent pour une décision en novembre quant à la diminution des achats d'actifs mensuels de la Fed et une première hausse des taux directeurs pas avant 2023.

Depuis le début de l'épidémie, la banque centrale américaine achète chaque mois pour 120 milliards de dollars de bons du Trésor et autres titres pour soutenir la reprise, ce qui a permis aux marchés de rebondir.

Sur le même sujet