La Bourse de New York ouvre dans l'indécision après trois jours de repos

Wall Street démarrait en ordre dispersé ce mardi, après un long week-end de Labor Day.

La Bourse de New York ouvre dans l'indécision après trois jours de repos
© Shutterstock
La Libre Eco avec AFP

La Bourse de New York démarrait en ordre dispersé mardi après un long week-end de Labor Day, le Nasdaq évoluant de peu au-dessus de ses records. Vers 13H50 GMT, l'indice Dow Jones perdait 0,60 %, le Nasdaq avançait de 0,06 % tandis que le S&P 500 lâchait 0,16 %.

Vendredi, Wall Street avait terminé sur une note contrastée après des chiffres d'emploi décevants aux Etats-Unis. Le Dow Jones avait clôturé en baisse de 0,21 % à 35.369,09 points, l'indice élargi S&P 500 quasiment à l'équilibre (-0,03 % à 4.535,43 points) et le Nasdaq sur un nouveau record, en hausse de 0,21 % à 15.363,51 points.

Les marchés étaient fermés lundi pour cause de jour férié du Labor Day.

"On peut pardonner le peu d'entrain à la Bourse après un long week-end surtout quand il est beaucoup question d'un éventuel recul du marché, attendu depuis longtemps", a affirmé Patrick O'Hare de Briefing.

Peu de nouvelles d'entreprises étaient à l'agenda mardi, l'attention des investisseurs se portant plutôt sur l'expiration des allocations chômage exceptionnelles accordées pour atténuer l'impact de la pandémie, notait l'analyste.

"Les marchés sortent d'une performance mitigée la semaine dernière qui a culminé avec le rapport officiel sur l'emploi américain qui s'est avéré bien plus faible que prévu", soulignait aussi les analystes de Schwab.

Le marché du travail a nettement marqué le pas en août aux Etats-Unis, le variant Delta ayant fortement ralenti les créations d'emplois. L'économie a créé seulement 235.000 emplois le mois dernier, trois fois moins qu'attendu même si le taux de chômage a reculé de 0,2 point de pourcentage à 5,2 %.

Réunion de la BCE

Les marchés guettaient aussi cette semaine la réunion monétaire de la Banque centrale européenne (BCE) jeudi qui pourrait signaler une prochaine réduction des achats d'actifs.

Cette perspective faisait grimper les rendements des bons du Trésor à 10 ans à 1,36 % contre 1,32 % à la précédente clôture. A cela s'ajoutaient les échos du débat sur la succession de Jerome Powell à la tête de la Réserve fédérale américaine (Fed).

Le président Joe Biden doit bientôt décider s'il reconduit à son poste M. Powell, un républicain, dont le mandat s'achève début février. Plusieurs élus dans les rangs démocrates plaident pour qu'il soit remplacé.

Poids lourd du Dow Jones, Boeing perdait 1,60 % à 214 dollars après que la compagnie irlandaise low-cost Ryanair a annoncé dimanche cesser ses négociations avec l'avionneur pour la commande de 737 MAX pour des questions de prix.

La banque State Street lâchait 2 % à 91 dollars après avoir annoncé le rachat de la branche investissement de la banque Brown Brothers Harriman pour 3,5 milliards de dollars.

Le fabricant américain de cartes graphiques Nvidia perdait 0,59 % à 227 dollars, alors que, selon le Financial Times, la Commission européenne ne verrait pas d'un bon oeil son rachat du spécialiste britannique des microprocesseurs Arm.

Sur le même sujet