Au FMI, pas de crainte d'un "train hors de contrôle" pour l'inflation

Les responsables de l'économie et de la finance ne redoutent pas particulièrement que l'inflation puisse se transformer en "train hors de contrôle" dans les pays avancés, a souligné dimanche la directrice générale du Fonds monétaire international.

Au FMI, pas de crainte d'un "train hors de contrôle" pour l'inflation
©IMAGO

L'inflation est nourrie par la reprise économique après la récession de 2020 et des perturbations sur les chaînes logistiques. De plus, a rappelé Kristalina Georgieva, un hiver très froid suivi d'un été très chaud a poussé les prix de l'énergie vers le haut.

Pour autant, "il y a toujours un consensus sur le fait que dans les économies avancées, l'inflation est temporaire", a-t-elle déclaré lors d'un séminaire virtuel réunissant des gouverneurs de Banques centrales.

"Les décideurs "disposent des outils" nécessaires pour remédier à une inflation qui viendrait à s'emballer, a-t-elle ajouté. "Nous connaissons très bien ces outils et la façon dont ils peuvent être mis en oeuvre", a-t-elle observé.

Le gouverneur de la Banque d'Angleterre Andrew Bailey a lui-même signalé, au cours de ce même séminaire, que la banque centrale britannique se préparait à relever les taux d'intérêt pour la première fois depuis le début de la pandémie alors que les risques d'inflation augmentent.

M. Bailey continue de croire que la récente hausse de l'inflation sera temporaire, mais la flambée des prix de l'énergie pourrait la faire s'accélérer un peu plus et surtout prolonger la poussée.

"La politique monétaire ne peut pas résoudre les problèmes d'approvisionnement mais [la banque centrale] devra agir et doit le faire si nous voyons un risque, en particulier pour l'inflation à moyen terme et les anticipations d'inflation à moyen terme", a déclaré M. Bailey.

"L'inflation a alimenté beaucoup de discussions" cette semaine lors des réunions du FMI à Washington beaucoup plus qu'en avril, a également reconnu Kristalina Georgieva, beaucoup plus qu'en avril, notamment concernant l'hypothèse d'une inflation qui serait plus permanente.

Dans certains marchés émergents et économies en développement, la forte inflation a déjà poussé les banques centrales à ajuster à la hausse les taux directeurs.

"Comparé aux réunions de printemps, nous avons été plus vigilants quant à la compréhension des incertitudes de l'économie mondiale et de leur lien à la fois avec la dynamique des prix et le rôle des banques centrales", a ainsi commenté Mme Georgieva.

Mais au sujet de l'inflation, "il n'y a aucune inquiétude significative quant à l'idée que ce serait un train hors de contrôle" dans les pays avancés.

Le FMI estime que l'inflation devrait atteindre un pic au cours des derniers mois de l'année 2021 aussi bien dans les pays avancés que dans les pays émergents, avant une stabilisation d'ici le milieu de l'année prochaine.

Sur le même sujet