L’œil du marché : "Les problèmes des derniers mois, dont la hausse de l'inflation, devraient rester d'actualité"

Les Bourses européennes démarraient la journée en ordre dispersé, cherchant une direction alors qu'elles reçoivent des signaux tantôt encourageants, tantôt incitant à la prudence.

L’œil du marché : "Les problèmes des derniers mois, dont la hausse de l'inflation, devraient rester d'actualité"
©Shutterstock
La Libre Eco avec AFP

La Bourse de Paris évoluait à l'équilibre (-0,04 %) lors des premiers échanges, s'appuyant sur les publications des résultats des entreprises ainsi qu'une légère accalmie sur les taux d'intérêt souverains. L'indice vedette CAC reculait de 2,83 points à 6 670,27 points peu avant 09H30, après une ouverture en hausse de 0,27 %.

"Les marchés sont encouragés par la qualité des publications [d'entreprises] dévoilées jusqu'à maintenant, mais le rythme de ces dernières va s'intensifier dans les jours à venir", prévient Tangi Le Liboux, analyste du courtier Aurel BGC.

Les marchés bénéficient aussi d'un léger apaisement sur les rendements souverains, ainsi que du tassement des prix de référence du pétrole dans la nuit. Ces derniers étaient toutefois de nouveaux orientés à la hausse dans la matinée.

C'est notamment la tech aux Etats-Unis qui soutient la tendance - le Nasdaq a gagné 0,84 % lundi - alors que sont attendus mardi les résultats de Netflix, premier poids lourd technologique. Il pourrait donner le la pour les géants de l'informatique et d'internet.

Cependant, "les problèmes des derniers mois devraient rester d'actualité: la hausse de l'inflation, le maintien des perturbations au niveau des chaînes d'approvisionnement, et la pénurie de main d'oeuvre, essentiellement au Royaume-Uni et aux Etats-Unis" estiment les analystes de Saxo banque.

L'inflation est au centre des préoccupations des entreprises, comme chez Danone, qui a publié ces résultats pour le troisième trimestre avant la séance. "A l'image de l'ensemble de notre secteur, et même au-delà, nous sommes touchés par l'accélération de l'inflation", relève le directeur général finances, Juergen Esser, cité dans le communiqué.

"Si au départ celle-ci concernait surtout le coût des matières premières, elle s'est généralisée et affecte désormais l'ensemble de notre chaîne d'approvisionnement, dans de nombreuses régions du monde", a-t-il décrit.

Les investisseurs continuent donc de guetter les déclarations des responsables des grandes banques centrales mondiales pour y déceler un signe d'un durcissement plus précoce qu'attendu des politiques monétaires, et notamment une hausse de leurs taux d'intérêt.

La

Bourse de Francfort

ouvrait proche de l'équilibre (-0,02 %), le DAX s'affichant à 15 470,64 points. A la

Bourse de Londres

, le FTSE-100 accusait un léger recul de 0,11 % à 7 195,91 points. La

Bourse de Bruxelles

mimait sa voisine britannique, mais en positif, le Bel 20 s'appréciant de 0,11 % à 4 182,83 points.