Après avoir frôlé des records, la Bourse de New York ouvre dans le rouge

Wall Street évoluait en légère baisse à l'ouverture ce jeudi, après avoir frôlé des records la veille pour le Dow Jones et le S&P 500.

Après avoir frôlé des records, la Bourse de New York ouvre dans le rouge
©Belga Image
La Libre Eco avec AFP

La Bourse de New York évoluait en ordre dispersé à l'ouverture jeudi après avoir frôlé des records la veille pour le Dow Jones et le S&P 500.

A 16H00 GMT, le Dow Jones lâchait 0,19 % et le S&P 500 0,10 % tandis que le Nasdaq qui avait démarré dans le rouge, avançait de 0,18 %.

Mercredi, l'indice des valeurs vedette Dow Jones, qui a atteint un record en séance, avait terminé en hausse de 0,43 %, proche de son record en clôture. L'indice élargi S&P 500 avait achevé sa course à moins d'un point de son meilleur score, à 4.536,19 points, en hausse de 0,37 %. Le Nasdaq s'était replié de 0,05 %.

"Malgré l'accélération" des derniers jours "les incertitudes demeurent quant aux goulets d'étranglements dans la chaîne d'approvisionnement, l'inflation qui s'en suit, les prix de l'énergie et la politique monétaire", soulignaient les analystes de Schwab.

La politique budgétaire était aussi au centre des préoccupations, alors que la bataille se poursuit au Congrès sur les coûts des plans d'investissements de l'Administration Biden. La séance s'annonçait riche en résultats de sociétés après ceux de Tesla la veille (+0,88 % à 873 dollars à l'ouverture), qui est parvenu à dégager des bénéfices record au troisième trimestre malgré les problèmes logistiques. Le chiffre d'affaires du groupe d'Elon Musk a atteint 13,76 milliards de dollars entre juillet et septembre (+57 %) et le bénéfice net de la société a bondi à 1,6 milliard de dollars contre 331 millions un an plus tôt.

Jeudi, American Airlines (+1,43 % à 19,77 dollars) a dévoilé des résultats meilleurs qu'attendu pour le troisième trimestre malgré la montée progressive du variant Delta du Covid-19 au cours de la période, qui a freiné la reprise du trafic aérien La compagnie aérienne a dégagé un bénéfice net de 169 millions de dollars sur la période. Mais hors éléments exceptionnels, American Airlines a encaissé une perte de 641 millions de dollars, sa plus faible perte d'exploitation depuis le début de la pandémie.

Le groupe Dow (+1,68 % à 61 dollars), qui fabrique des matériaux et produits pour les industriels, a affiché un bénéfice plus important que prévu au troisième trimestre profitant d'une vive hausse des prix de ses produits en raison d'un marché tendu.

Si en volume, les ventes n'ont augmenté que de 2 %, les prix locaux ont bondi de 50 % par rapport à la même période il y a un an. Le bénéfice net de Dow a atteint 1,7 milliard de dollars au troisième trimestre, contre une perte de 25 millions d'euros l'an dernier à la même époque.

Deuxième essai pour WeWork

Le spécialiste des bureaux partagés WeWork faisait son entrée en Bourse deux ans après une introduction avortée sur le marché new-yorkais et une saga aux multiples rebondissements qui a failli faire imploser le groupe.

Dirigée par de nouveaux responsables, la compagnie a fusionné avec la "SPAC" (Special purpose acquisition company) BowX, un moyen très en vogue de s'introduire en Bourse plus facilement.

Coté sous le symbole WE, le titre progressait modestement de 2,98 % à 11,10 dollars à 14H00 GMT, alors que le titre de la SPAC avait clôturé à 10,38 dollars la veille. Cela valorisait la compagnie à moins de 9 milliards de dollars sans rapport avec les 47 milliards de dollars de valorisation théorique visés en janvier 2019.

Après la clôture, les investisseurs attendaient aussi les résultats et les perspectives du fabricant de jouets Mattel et du géant des semi-conducteurs Intel, deux groupes sensibles aux difficultés mondiales d'approvisionnements et de livraisons.

Au rang des indicateurs, les nouvelles étaient bonnes du côté du marché du travail où les inscriptions hebdomadaires au chômage ont continué à reculer mi-octobre, atteignant un nouveau plus bas depuis le début de la pandémie. Les demandes d'allocations chômage se sont inscrites à 290.000 la semaine dernière, 6.000 de moins que la semaine précédente. Les analystes misaient sur 303.000 demandes.

Du côté de l'activité manufacturière en revanche, la région industrielle de Philadelphie a accusé un ralentissement du secteur manufacturier, l'indice de la Fed ayant perdu 7 points à 23,8 points, en dessous de ce qu'espéraient les analystes.

Les rendements obligataires sur les bons à du Trésor à 10 ans restaient stables à 1,65 %.

Sur le même sujet