Elon Musk sème le doute sur le deal entre Hertz et Tesla, l'action du constructeur chute

Le patron de Tesla minimise le potentiel de l'achat de 100 000 de ses voitures par le loueur américain de véhicules Hertz.

Ce mardi, en milieu de journée, l'action Tesla chutait de près de 5 % avant cotation, après avoir bondi lundi de 8,50 %.
Ce mardi, en milieu de journée, l'action Tesla chutait de près de 5 % avant cotation, après avoir bondi lundi de 8,50 %. ©Belga Image
Patrick Van Campenhout

Il suffit souvent d'un tweet du patron de Tesla, Elon Musk, pour faire tressauter les marchés financiers. Cette fois, c'est une réponse à l'un de ses fans qui a fait plonger les actions du fabricant de voitures électriques durant la période de pré-marché. Musk est revenu sur le deal annoncé la semaine passée, sur la livraison de 100 000 voitures au loueur de véhicules Hertz. En substance, Elon Musk estime qu'il ne faut pas trop attendre de ce deal en termes financiers, la commande dépassant les capacités actuelles de production du constructeur américain.

De quoi refroidir un marché très chaud qui a fait bondir la semaine passée la capitalisation boursière du groupe à plus de 1 200 milliards de dollars. Ce mardi, en milieu de journée, l'action Tesla chutait de près de 5 % avant cotation, après avoir bondi lundi de 8,50 %. Dans les salles de marchés, il se dit que ce nouveau tweet ne devrait pas ravir le gendarme américain des marchés, la SEC (Securities and Exchange Comission). Mais sur le fond, l'analys de Musk est typique de l'approche des ingénieurs sur les matières financières.

"Tesla a bien plus de demande que de production. C'est pourquoi nous ne vendrons à Hertz que des voitures pour la même marge que celle que nous appliquons à nos clients", a ajouté le dirigeant. "L'accord avec Hertz n'a aucun effet sur notre situation économique."

L'annonce de Hertz avait fait s'envoler Tesla à Wall Street fin octobre, permettant à l'entreprise d'entrer dans le club très restreint des groupes valant plus de 1.000 milliards de dollars en Bourse, dont font aussi partie Apple, Microsoft, Google et Amazon.

M. Musk avait alors déjà précisé que Hertz ne bénéficierait pas de réductions pour l'achat des véhicules électriques et s'était dit surpris de voir l'action grimper aussi fort, car Tesla n'est pas confronté à un manque de demande.

De son côté, Hertz n'avait pas spécifié avoir signé un contrat avec Tesla, se contentant d'indiquer dans son communiqué avoir passé "une commande initiale de 100.000 Teslas d'ici à la fin 2022" sans évoquer de calendrier de livraison. Les nombreux articles de presse ayant suivi cette annonce, ainsi qu'une publicité de Hertz où la star de football américain Tom Brady apparaissait entouré de Teslas, avaient néanmoins suscité une forte effervescence à la Bourse new-yorkaise.

Par ailleurs, l'agence américaine de la sécurité routière (NHTSA) a fait savoir mardi que Tesla avait rappelé près de 12.000 véhicules aux Etats-Unis en raison d'un problème du logiciel de communication.

Sur le même sujet