Le dollar atteint son plus haut niveau depuis presque un an et demi

Le dollar a profité d'un message de James Bullard, président de la Fed de St Louis, qui a plaidé pour une accélération du durcissement de la politique monétaire.

Le dollar atteint son plus haut niveau depuis presque un an et demi
©Shutterstock
La Libre Eco avec Belga

Le dollar évoluait mardi au plus haut niveau en 16 mois face à l'euro, profitant d'un message de James Bullard, président de la Fed de St Louis, qui a plaidé pour une accélération du durcissement de la politique monétaire.

Le dollar prenait 0,22 % à 1,1344 dollar pour un euro vers 16H25 GMT (17H25 à Paris), après être monté jusqu'à son plus haut depuis juillet 2020 à 1,1330 dollar. Depuis un mois, la monnaie unique européenne dégringole de 2,5 % face au billet vert.

"Je pense que le comité (monétaire de la Réserve fédérale américaine) a la responsabilité de se montrer plus 'faucon' dans ses prochaines réunions lors de ses prochaines réunions pour faire face au risque de l'inflation", a estimé M. Bullard dans une interview avec Bloomberg.

Les économistes surnomment "faucons" les partisans d'une politique monétaire stricte.

"Le marché table récemment sur des hausses des taux d'intérêts plus rapides" aux Etats-Unis "après le bond de l'inflation, et il semblerait que la Fed s'aligne sur cette vision", juge Fawad Razaqzada, analyste chez ThinkMarkets.

Et la livre ?

Par ailleurs, deux indicateurs économiques, les ventes au détail et la production industrielle pour octobre, ont dépassé les attentes du marché lundi. Une économie en bonne santé rend moins crucial de maintenir une politique monétaire souple pour la soutenir.

La livre britannique se maintenait face au billet vert (+0,03 % à 1,3420 dollar) et grimpait face à l'euro (+0,25 % à 84,53 pence) alors que le nombre d'emplois a augmenté entre septembre et octobre au Royaume-Uni, ouvrant la porte à un durcissement de la politique monétaire d'après les analystes.

"Il y avait 235.000 personnes de plus employées après la fin du chômage partiel (fin septembre) qu'en février 2020", note Kit Juckes, analyste chez Société Générale, qui y voit "le chaînon manquant qui convaincra la Banque d'Angleterre de monter ses taux en décembre".

La gouverneur de l'institut monétaire britannique Andrew Bailey a affirmé lundi qu'il n'excluait pas une hausse des taux en décembre, mais attendait de voir comment le marché du travail avait réagi à la fin des aides gouvernementales à l'emploi fin septembre.

Enfin, du côté des cryptomonnaies, le volatil bitcoin, qui est repassé temporairement sous le seuil des 60.000 dollars pour la première fois du mois, cédait 5,2% à 60.598 dollars.

Sur le même sujet