L'action d'Alibaba plonge à Hong Kong, poursuivant le ralentissement du groupe

Une chute qui intervient au lendemain de l'annonce de la baisse de 81 % de son bénéfice trimestriel, sur fond de tour de vis de Pékin contre le secteur de la tech.

Le chiffre d'affaires du groupe chinois, en revanche, est en hausse de 29 % sur un an, à 155 milliards de yuans (21,4 milliards d'euros).
Le chiffre d'affaires du groupe chinois, en revanche, est en hausse de 29 % sur un an, à 155 milliards de yuans (21,4 milliards d'euros). ©Shutterstock
La Libre Eco avec AFP

Plombée par le durcissement réglementaire en Chine qui ébranle les géants de la tech, l'action d'Alibaba a chuté de 10,26 % à 140 HKD (15,80 euros) à l'ouverture de la Bourse de Hong Kong, engendrant un repli important des indices des Bourses chinoises.

La veille, le géant chinois du commerce en ligne a publié ses résultats trimestriels, faisant état d'un très fort ralentissement de son bénéfice, en net recul à 5,37 milliards de yuans (741,3 millions d'euros) contre 28,7 milliards de yuans un an plus tôt, soit un repli de 81 %.

Son chiffre d'affaires, en revanche, est en hausse de 29 % sur un an, à 155 milliards de yuans (21,4 milliards d'euros).

L'entreprise dit s'attendre à une progression de ses ventes de l'ordre de 20 à 23 % cette année, tout en avertissant de "risques et incertitudes" qui pourraient pénaliser ses activités.

Dans le viseur de Pékin

Longtemps considéré comme un modèle de réussite pour les entreprises chinoises, Alibaba a été le premier à subir la vindicte des autorités.

Il y a un an, le pouvoir communiste avait coupé les ailes du groupe privé, en stoppant la gigantesque entrée en Bourse de sa filiale de paiement Ant Group à Hong Kong, 48H avant l'événement. Présentée alors comme la plus grosse levée de fonds de tous les temps, l'opération aurait dû lui rapporter 27,4 milliards d'euros.

Le mois suivant, Alibaba était visé par une enquête pour entrave à la concurrence. Le groupe, fondé par le fantasque Jack Ma , a ensuite été condamné au printemps à une amende de 2,3 milliards d'euros.

Sur le même sujet