Hausse des prix de l'énergie : les Belges prévoient d'investir et d'épargner moins

Dans le cas où les prix du gaz et de l’électricité resteraient à leur niveau élevé actuel, 52 % des Belges affirment qu’ils épargneront et investiront moins en 2022.

De façon plus générale, le baromètre ING Belgique montre que seuls 35 % des investisseurs voient une reprise de l’économie dans les mois à venir.
De façon plus générale, le baromètre ING Belgique montre que seuls 35 % des investisseurs voient une reprise de l’économie dans les mois à venir. ©Shutterstock
Fleur Olagnier

D'après le dernier baromètre de la banque ING en Belgique, seuls 19 % des investisseurs ont fait état d’une baisse du rendement de leurs investissements durant les trois derniers mois. Cependant, pour deux tiers des investisseurs interrogés, la hausse des prix de l'énergie devrait continuer en 2022, ce qui devrait freiner leur épargne et leurs investissements.

L'enquête menée par Kantar en collaboration avec l’Université de Gand révèle que pour 67 % des répondants belges, les prix du gaz naturel vont augmenter au cours des douze prochains mois. De même, 73 % s’attendent à une augmentation des prix de l'électricité, et 67 % à une nouvelle hausse des tarifs de l'essence et du diesel. Ainsi, sur les 36 % d'investisseurs belges qui avaient envisagé de placer de l'argent dans des entreprises du secteur de l’énergie ces trois derniers mois, seuls 10 % l’ont fait.

L'épargne et l'investissement en berne

Ainsi, dans le cas où les prix du gaz et de l’électricité resteraient à leur niveau élevé actuel, 52 % des Belges affirment qu’ils épargneront et investiront moins en 2022. Et près de la moitié des répondants prévoient de moins dépenser pour d’autres biens et services que l'énergie.

De façon plus générale, le baromètre ING Belgique montre que seuls 35 % des investisseurs voient une reprise de l’économie dans les mois à venir, ce qui correspond à la tendance la plus basse depuis avril 2021. Enfin, concernant le marché boursier, ce sont 34 % des répondants belges qui s’attendent à une hausse, contre 29 % à une baisse.

A noter que les hommes sont globalement plus optimistes que les femmes, puisque 40 % d'entre eux prévoient une hausse de la Bourse belge dans les trois prochains mois, contre 27 % des femmes.

Sur le même sujet