L’œil du marché : "L'inquiétude continue de gagner les investisseurs qui auront les yeux rivés sur la Fed"

Les Bourses européennes ont entamé la semaine en forte baisse, sur fond d'inquiétudes à la veille du début d'une réunion du comité monétaire de la Réserve fédérale américaine et d'une nouvelle salve des résultats d'entreprises.

La Libre Eco avec AFP
L’œil du marché : "L'inquiétude continue de gagner les investisseurs qui auront les yeux rivés sur la Fed"
©Shutterstock

La Bourse de Paris a évoluait en baisse de 0,32 % lundi dans les premiers échanges, sur fond d'inquiétudes à la veille du début d'une réunion du comité monétaire de la Réserve fédérale américaine et d'une nouvelle salve des résultats d'entreprises. L'indice vedette CAC 40 perdait 22,71 points à 7.045,88 points peu avant 09H15, divisant de moitié ses pertes à l'ouverture. Vendredi, il avait lâché 1,75 %, reculant de 1,04 % sur la semaine. Il descend un peu plus près des 7.000 points, un seuil au-dessus duquel il était remonté il y a plus d'un mois, le 22 décembre.

Le Bel 20 de la Bourse de Bruxelles reculait de 0,94 % à 4 109.66 points vers 9H45 (8H45 GMT), le Dax de la Bourse de Francfort perdait 0,61 % à 15 509.40 points et le FTSE-100 de la Bourse de Londres affichait -0,35 % à 7 467.77 points.

L'inquiétude continue de gagner les investisseurs, qui auront "les yeux rivés" sur la réunion du comité monétaire de la Fed, qui commence mardi et se conclut mercredi, prévient Tangi Le Liboux, analyste du courtier Aurel BGC.

Les perspectives d'une politique monétaire plus stricte, avec des hausses des taux directeurs, proches de zéro depuis le début de la pandémie, ou la réduction du bilan de la Fed après ses rachats massifs sur les marchés depuis près de deux ans, pèsent sur les marchés.

Sous la pression de l'inflation, la Fed pourrait annoncer un tour de vis plus sévère à l'issue de sa réunion monétaire mercredi, craignent aussi les investisseurs. Les tensions géopolitiques jettent aussi un froid pour les investisseurs: dans la nuit, Washington a déconseillé aux Américains les voyages vers la Russie.

Les Etats-Unis avaient déjà rappelé les familles de diplomates vendredi, un mouvement qui n'est pas suivi par l'Union européenne, selon une déclaration lundi de Josep Borrell, le chef de la diplomatie européenne. Les désorganisation des chaînes de production en Chine, qui suit une politique zéro-Covid, ou encore la hausse fulgurante des prix du pétrole mettent aussi sous pression les entreprises de l'indice parisien.

La période des résultats, déjà bien entamée aux Etats-Unis, va réellement démarrer cette semaine en France, avec notamment STMicroelectronics et LVMH jeudi pour le CAC, ou Seb et McPhy dès mardi sur l'indice élargi SBF 120.

Orange proche d'avoir une patronne

Le groupe de télécommunication montait de 0,73 % à 9,97 euros. Christel Heydemann apparaissait dimanche pratiquement assurée d'être nommée pour remplacer Stéphane Richard à la direction générale d'Orange, lors d'un conseil d'administration très attendu, qui a été reporté jusqu'à vendredi.

Renault bien recommandé

L'action Renault progressait de 3,36 % à 34,42 euros, après un relèvement de la recommandation à "surperformer" de la part d'Exane BNP Paribas et des informations de presse faisant état d'investissements accrus pour le développement des véhicules électriques.

Sur le même sujet