L'œil du marché : "L'action récente du prix de l'or indique que des risques sérieux et persistants existent dans le monde"

Les Bourses européennes rebondissaient ce mercredi matin, profitant de la clôture positive à Wall Street tout en continuant à surveiller l'évolution de la guerre en Ukraine.

L'œil du marché : "L'action récente du prix de l'or indique que des risques sérieux et persistants existent dans le monde"
©Shutterstock
La Libre Eco avec AFP

Les marchés européens rebondissaient mercredi matin pendant que les investisseurs étudiaient les résultats d'entreprises qui affluaient, dans un contexte de craintes concernant la croissance et l'inflation. L'Europe évoluait dans le vert dans les premiers échanges : la Bourse de Paris prenait 0,63 %

Le Dax de la

Bourse de Francfort

prenait 0,49 % à 14 223.09 points, vers 9H35 (7H35 GMT). Le FTSE-100 de la

Bourse de Londres

stagnait presque à +0,03 % à 7 603.24 points, et le Bel 20 de la

Bourse de Bruxelles

affichait +0,79 % à 4 243.23 points.

En Asie, Hong Kong a cédé 0,47 % et Shanghai 1,35 %, plombées par les craintes renouvelées sur la croissance économique chinoise en raison des restrictions sanitaires.

"En laissant ses taux d'intérêt de référence à un et cinq ans inchangés, la Chine a déçu les marchés qui espéraient des mesures de stimulation plus complètes", souligne Jeffrey Halley, analyste chez Oanda.

En revanche, l'indice vedette japonais Nikkei a repris 0,69 % après deux séances de repli. Au pays du Soleil-Levant, les données commerciales ont montré une nouvelle explosion des importations avec l'envolée des hydrocarbures et un ralentissement des exportations, creusant le déficit commercial.

Cette situation est susceptible d'aggraver la baisse du yen, qui est principalement causée par les divergences croissantes entre la politique monétaire toujours ultra-accommodante de la Banque du Japon et le resserrement monétaire aux Etats-Unis.

Le pétrole récupère après une forte chute

Les cours du pétrole regagnait du terrain après les lourdes pertes de mardi dans le sillage des prévisions de croissance mondiale fortement abaissées par le FMI.

Le prix du baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juin, remontait de 1,22 % à 108,56 dollars tandis que le West Texas Intermediate (WTI) américain, avec échéance en mai, reprenait 1,40 % à 104 dollars.

Le FMI a fortement abaissé son estimation de la croissance mondiale pour 2022 en citant la guerre en Ukraine et la politique de tolérance zéro à l'égard de la pandémie appliquée par Pékin. La Bourse de New York a toutefois conclu en nette hausse, portée par des résultats d'entreprises jugés encourageants.

Mais l'action du géant du streaming Netflix, qui a perdu 200.000 abonnés dans le monde au premier trimestre par rapport à fin 2021, selon ses résultats publiés après Bourse, dégringolait de 25 % lors des échanges électroniques post-clôture.

Après un nouvel envol des taux longs mardi, le marché de la dette souveraine se détendait un peu mercredi.

"L'action récente du prix de l'or, qui a augmenté avec les rendements américains et le dollar américain, nous indique que des risques sérieux et persistants existent dans le monde", prévient Jeffrey Halley.

La monnaie européenne montait de 0,27 % à 1,0817 dollar.

Le yen s'appréciait légèrement par rapport au dollar, qui valait 128,65 yens vers 08H25 GMT contre 128,91 yens mardi à 21H00 GMT. Le dollar a dépassé les 129 yens en matinée en Asie, un nouveau plus haut face à la monnaie japonaise en vingt ans.

Le bitcoin prenait 0,34 % à 41.437 dollars.

ASML à la limite de sa capacité de production

Le fabricant néerlandais de systèmes de lithographie pour l'industrie des microprocesseurs ASML a fait état mercredi d'un ralentissement de sa croissance, reconnaissant être à la limite de sa capacité de production dans un contexte de pénurie mondiale de puces. L'action gagnait 3,17 %. D'autres valeurs du secteur suivaient l'élan comme l'allemand Infineon (+2,13 %), ou le franco-italien STMicroelectronics (+2,60 %).

Danone fait mieux que prévu au 1T

L'action Danone grimpait de près de 8 % mercredi matin à la Bourse de Paris, après un chiffre d'affaires meilleur qu'attendu au premier trimestre, à 6,2 milliards d'euros et des objectifs annuels maintenus.

Heineken envisage une hausse des prix

Le brasseur néerlandais Heineken (+3,69 %) a fait état mercredi d'un bénéfice net en hausse au premier trimestre et a indiqué qu'une bière pourrait bientôt coûter plus cher à cause de la hausse des prix des matières premières. Son concurrent belge AB Inbev prenait 2,80 %.

Siemens Energy retire ses prévisions annuelles

Siemens Energy (-5,67 %) a indiqué mardi soir retirer et "vérifier" ses prévisions annuelles après l'annonce d'une perte d'exploitation de 304 millions d'euros de sa filiale espagnole Gamesa. Par ailleurs, l'entreprise souligne que "le contexte pour l'activité de Siemens Energy est devenu plus difficile en raison de la guerre contre l'Ukraine et des sanctions visant la Russie".

Sur le même sujet