L’œil du marché : "Le moral des investisseurs reste plombé par l'augmentation des infections de Covid-19 en Chine"

Les Bourses européennes ont nettement rebondi à l'ouverture, s'accordant un répit après deux séances de forte baisse, en raison de craintes sur la croissance face à la situation sanitaire en Chine et à la lutte contre l'inflation.

La Libre Eco avec Belga et AFP
L’œil du marché : "Le moral des investisseurs reste plombé par l'augmentation des infections de Covid-19 en Chine"
©Shutterstock

Après un net rebond à l'ouverture, la Bourse de Bruxelles était en hausse de 0,75 %, les investisseurs se repositionnant après deux séances de forte baisse plombées par les craintes d'un ralentissement de la croissance mondiale. À 9H20, l'indice Bel 20 montait était à 4 155,06 points.

Le CAC 40 à la Bourse de Paris montait de 27,87 points à 6.477,25 points vers 9H50 après deux séances où il avait reculé d'environ 2 %. À 9H20 (8H20 GMT), le DAX à la Bourse de Francfort était en hausse de 1,13 %, à 14 082,04 points, tout comme le FTSE-100 à la Bourse de Londres, qui montait de 0,97 %, à 7 452,32 points.

Le rebond est "technique" confirme John Plassard, spécialiste de l'investissement chez Mirabaud. La tendance avait été initiée lundi à Wall Street où les opérateurs avaient fait la chasse aux bonnes affaires.

Le moral des investisseurs reste plombé par les "inquiétudes quant à un ralentissement de l'économie mondiale dû à l'augmentation des infections de Covid-19 en Chine", selon Michael Hewson, analyste de CMC Markets. A Pékin, le nombre de nouveaux cas augmente et les autorités organisent un dépistage massif de 22 millions d'habitants afin d'isoler au plus vite les personnes infectées. Même si les autorités n'ont pas évoqué la possibilité d'un confinement, nombre de Pékinois sont effrayés par l'exemple de Shanghai où 25 millions d'habitants subissent un dur confinement depuis début avril.

"L'arrêt prolongé des usines en Chine est un risque pour l'ensemble des pays de la zone (Asie) alors qu'un resserrement monétaire sera nécessaire dans la plupart des pays de la zone du fait de l'évolution de l'inflation domestique et des pressions extérieures", analyse Christian Parisot d'Aurel BGC.

Sur le plan monétaire, les investisseurs ont digéré pendant plusieurs jours les propos du directeur de banque centrale américaine, la Fed, Jerome Powell qui envisage une hausse d'un demi-point de pourcentage des taux directeurs de l'institution en mai. Les résultats d'entreprises pourraient donner un petit coup de pouce aux marchés actions, comme cela a été le cas à Wall Street lundi, où les indices ont ouvert en baisse avant de rebondir, tirés par le Nasdaq qui a pris 1,29 %. Les géants du numérique Alphabet et Microsoft publieront leurs résultats trimestriels ce mardi soir.

Sur le même sujet