L’œil du marché : "Chaque bon résultat rassure fortement les investisseurs"

Les Bourses européennes ont ouvert en hausse, encouragées par les résultats de sociétés et un espoir de répit pour les entreprises technologiques chinoises, visées par des mesures de régulation du gouvernement chinois.

L’œil du marché : "Chaque bon résultat rassure fortement les investisseurs"
©Shutterstock
La Libre Eco avec AFP

À 9H20, le Bel 20 à la Bourse de Bruxelles augmentait de 0,66 %, à 4 119,66 points, soutenu par des résultats d'entreprises et un secteur du luxe en forme après des nouvelles venues de Chine..

La Bourse de Paris progressait de 1,26 % : l'indice vedette CAC 40 montait de 81,98 points à 6 590,12 points vers 10H05. Jeudi, il avait terminé en hausse de 0,98 %, aidé par de bons résultats d'entreprises. Mais la cote parisienne s'oriente cependant vers un repli global au mois d'avril.

À 9H20 (8H20 GMT), le DAX à la Bourse de Francfort était en hausse de 0,39 %, à 7 538,39 points, tandis que le FTSE-100 à la Bourse de Londres prenait 0,83 %, à 14 095,38 points.

Le pouvoir chinois a apporté vendredi son soutien à l'économie numérique, après l'avoir malmenée pendant des mois. De hauts responsables ont par ailleurs promis d'atteindre les objectifs économiques du pays, au moment où la Chine se débat avec un retour du Covid-19 qui se traduit par des mises en quarantaine et une baisse de l'activité, particulièrement à Shanghai, la plus grande métropole chinoise. Cette flambée épidémique fait craindre que Pékin ne parvienne pas à atteindre son objectif de croissance de 5,5 % du PIB cette année.

L'économie française a stagné au premier trimestre, du fait d'un recul de la consommation des ménages (-1,3% en mars) sur fond d'inflation et de guerre en Ukraine, selon une première estimation de l'Insee. Et l'inflation a continué d'accélérer en avril pour atteindre 4,8% sur un an. Charlotte de Montpellier, économiste d'ING, note des "perspectives de croissance pas très brillantes" pour les prochains trimestres. La "forte hausse de l'inflation" et le "pessimisme des ménages" risquent de "modérer encore plus fortement la demande" et de peser sur les entreprises, selon elle.

Les marchés continuaient de fluctuer en fonction des résultats d'entreprises après le bond de Wall Street jeudi. Le Nasdaq a notamment pris plus de 3 %.

"A court terme les marchés n'ont pas d'autres catalyseurs (que les résultats d'entreprises, ndlr) et chaque bon résultat rassure fortement les investisseurs", constate les analystes de Saxo Banque.

Mais après la clôture de la Bourse de New York, Amazon a annoncé une perte trimestrielle à cause de ses investissements dans le constructeur automobile Rivian et reculait de plus de 9 % dans les échanges électroniques entre les séances. Apple a de son côté prévenu que les confinements en Chine et la suspension de ses activités en Russie allaient peser sur ses résultats à venir.

La plupart des indices s'apprêtent à subir une baisse sur le mois d'avril, plombés par une accumulation de risques: le conflit entre l'Ukraine et la Russie, les confinements sanitaires en Chine, l'inflation galopante et le resserrement des politiques monétaires.

Le tout représente un cocktail dangereux pour la croissance mondiale. Premiers signes, le produit intérieur brut américain s'est contracté de 1,4 % au premier trimestre et l'économie française a stagné sur la même période.

"Le timing n'aurait pu être pire, la Réserve fédérale étant sur le point d'accentuer sa normalisation de politique monétaire dans les mois et semaines à venir", estiment les analystes de Saxo Banque.

Les investisseurs prendront connaissance de la croissance de l'activité économique au premier trimestre et des prix à la consommation en avril dans la zone euro, ainsi que de l'indice d'inflation PCE pour mars aux Etats-Unis, un indicateur scruté par la banque centrale américaine.

Sur le même sujet