L’œil du marché : "Toutes les annonces qui tombent semblent confirmer les pires craintes des investisseurs"

Les Bourses de la zone euro tentent de se reprendre, au lendemain de nettes pertes et quelques heures avant le début d'une réunion de la Réserve fédérale américaine qui doit mettre en actes ses promesses de tour de vis monétaire.

L’œil du marché : "Toutes les annonces qui tombent semblent confirmer les pires craintes des investisseurs"
©Shutterstock
La Libre Eco avec AFP et Belga

À 9H20, le Bel 20 à la Bourse de Bruxelles était en très légère hausse de 0,13 %, à 4 064,12 points.

De son côté, la Bourse de Paris rebondissait de 0,96 % dans les premiers échanges. L'indice vedette CAC 40 prenait 61,15 points à 6 487,36 points vers 10H00. La veille, il avait reculé de 1,66 %.

À 9H20 (8H20 GMT), le DAX à la Bourse de Francfort prenait 0,10 %, à 13 953,55 points, tandis que l'indice FTSE-100 à la Bourse de Londres cédait 0,75 %, à 7 488,06 points.

Si les cours rebondissent mardi, "les investisseurs sont fébriles, ils s'attendent au pire", comme des récessions ou une forte inflation, "et toutes les annonces qui tombent semblent confirmer leurs pires craintes", s'alarment les analystes de Saxo Banque.

Alors que les chiffres de l'inflation continuent de s'emballer, les signes de ralentissement de l'activité économique sont de plus en plus nombreux.

La situation est un défi pour la Fed dont la priorité affichée depuis plusieurs mois est de parvenir à maîtriser l'inflation. L'institution commence mardi une réunion de deux jours à l'issue de laquelle elle annoncera ses prochaines actions. Après les paroles, les actes : presque tous les investisseurs prévoient une hausse des taux directeurs d'un demi-point de pourcentage pour les fixer à entre 0,75 % et 1 %. Ce serait la première fois depuis plus de 20 ans que la Fed opèrerait un tour de vis de cette ampleur.

Mais entre les confinements en Chine, notamment à Shanghai, et la guerre en Ukraine, l'activité économique mondiale montre des signes d'essoufflement partout dans le monde.

L'UE refuse de payer ses achats de gaz à la Russie en roubles et doit se préparer à une rupture dans ses approvisionnements, ont averti la Commission européenne et la présidence française du Conseil à l'issue d'une réunion d'urgence des ministres de l'Énergie des 27 à Bruxelles.

Le sixième paquet de sanctions de l'Union européenne à l'égard de la Russie comprendra le retrait "d'autres banques" du système de transactions Swift, rouage essentiel de la finance mondiale, a déclaré lundi son haut représentant pour les affaires étrangères, Josep Borrell, à Panama.

Sur le même sujet