Le constructeur Airbus décolle en Bourse après l'annonce d'un bénéfice en très forte hausse

Les investisseurs revenaient massivement vers Airbus après l'annonce de ses excellents résultats.

Le constructeur Airbus décolle en Bourse après l'annonce d'un bénéfice en très forte hausse
©Shutterstock
La Libre Eco avec AFP

L'action Airbus grimpait de plus de 7 % à la Bourse de Paris, après que l'avionneur européen a plus que triplé son bénéfice trimestriel sur un an, à 1,22 milliard d'euros. Ces résultats sont supérieurs aux anticipations des analystes, selon une note de Jefferies. Vers 11H00, le titre décollait de 7,23 % à 110 euros, après une baisse marquée mercredi, dans un marché en hausse de 1,48 %.

Airbus, qui a publié ses résultats financiers mercredi soir après la fermeture du marché, a fait part d'un chiffre d'affaire en hausse de 15 % sur un an, à 12 milliards d'euros au premier trimestre.

Le cours est également porté par les annonces ambitieuses de production de A320 par le groupe. Airbus a annoncé augmenter la cadence de production de ces avions pour atteindre 75 exemplaires par mois en 2025.

"Il s'agit d'un relèvement significatif des perspectives du groupe, puisque le passage à 75 (avions par mois) impliquerait jusqu'à 700 millions d'euros d'excédent brut d'exploitation supplémentaire", commente la banque d'investissement Jefferies dans une note.

L'entreprise a d'ores et déjà livré 142 avions commerciaux entre début janvier et fin mars, contre 125 lors de la même période de l'année dernière. "Avec seulement 17 avions de plus, il s'agit d'un résultat remarquable", ajoute Jefferies.

La branche hélicoptères, de son côté, a livré autant d'hélicoptères qu'un an plus tôt, soit 39 unités, mais le chiffre d'affaires a crû de 7 % "reflétant la croissance des activités de services" et des produits plus haut de gamme.

L'avionneur européen, qui a gravement souffert de la crise du Covid-19, garde ses prévisions pour 2022 inchangées, alors que les sanctions contre la Russie après son invasion de l'Ukraine ont particulièrement touché le secteur aéronautique et spatial. "Le profil de risque pour le reste de l'année s'avère plus difficile en raison de la complexité du contexte géopolitique et économique", commentait mercredi le président exécutif d'Airbus, Guillaume Faury, dans un communiqué.