L’œil du marché : "Le scénario du pire n'arrivera peut-être pas. Mais il faudra un peu de temps avant que le marché se positionne de nouveau à l'achat"

Les Bourses européennes ont ouvert en hausse, dans le sillage des marchés asiatiques, soulagées par les perspectives, même incertaines, d'un allégement des restrictions sanitaires en Chine.

La Libre Eco avec AFP
L’œil du marché : "Le scénario du pire n'arrivera peut-être pas. Mais il faudra un peu de temps avant que le marché se positionne de nouveau à l'achat"
©Shutterstock

Vers 9H20 (8H20 GMT), la Bourse de Bruxelles voyait son indice Bel 20 en hausse de 0,61 %, à 3 992,15 points.

La Bourse de Paris évoluait en hausse de 0,43 %, l'indice vedette CAC 40 prenait 27,27 points à 6 375,04 points vers 9H20, avec notamment un bond d'Engie après ses résultats.

Le DAX à la Bourse de Francfort montait de 0,89 %, à 14 088,57 points et le FTSE-100 à la Bourse de Londres augmentait de 0,29 %, à 7 486,22 points.

Après plusieurs mauvais indicateurs économiques lundi, en Chine, aux États-Unis et dans la zone euro, les investisseurs se remettent à espérer des bonnes nouvelles.

Shanghai a déclaré mardi qu'elle avait atteint le "zéro-Covid" dans tous ses quartiers, ce qui signifie qu'aucune des 1 000 contaminations recensées mardi n'a eu lieu hors des lieux en quarantaine. La ville est soumise depuis début avril à de dures mesures sanitaires, et des millions de personnes ne peuvent toujours pas sortir de leur quartier. Mais l'espoir d'un allègement des mesures, bien que l'horizon reste lointain, donne un peu d'optimisme aux marchés.

"Le scénario du pire", comme la récession, "n'arrivera peut-être pas. Mais il faudra un peu de temps avant que le marché se positionne de nouveau à l'achat", ont nuancé les analystes de Saxo Banque.

Les marchés prêtaient peu d'attention à la nomination d'Elisabeth Borne à la tête du gouvernement français lundi soir.

Au Royaume-Uni, pour les trois mois achevés en mars, le taux de chômage a reculé à 3,7 %, contre 3,8 % fin février, tombant au plus bas depuis 1974 et sous son niveau atteint juste avant la pandémie de Covid-19, a indiqué l'Office national des statistiques (ONS) mardi.