L'œil du marché : "Le moral des investisseurs est meilleur, mais les nouvelles ne le sont pas"

Les Bourses mondiales se reprenaient vendredi, dans le sillage de la performance la veille de Wall Street, malgré un contexte pesant de craintes d'une récession économique qui perturbe les marchés depuis plusieurs semaines.

La Libre Eco avec AFP
L'œil du marché : "Le moral des investisseurs est meilleur, mais les nouvelles ne le sont pas"
©Shutterstock

Les marchés européens ont rebondi à l'ouverture. Vers 07H40 GMT, la Bourse de Paris montait de 0,80 %, la Bourse de Londres de 0,56 %, la Bourse de Francfort de 0,15 % et Milan de 0,12 %. De son côté, à la Bourse de Bruxelles, le Bel 20

En Asie, Tokyo a pris 1,23 %, Shanghai 0,89 % et Hong Kong avançait de 1,85 % dans les derniers échanges. Les commentaires du président chinois Xi Jinping, suggérant la fin de la répression technologique ainsi que d'éventuelles nouvelles mesures visant à relancer l'économie, ont aidé les indices à monter cette semaine.

Wall Street avait lancé la tendance jeudi, le Nasdaq ayant fini à plus de +1,6 %."Le moral des investisseurs est meilleur, mais les nouvelles ne le sont pas", commente Ipek Ozkardeskaya, analyste chez Swissquote, faisant référence à la publication d'indicateurs d'activité économique décevants concernant la zone euro et les États-Unis.

Les indices boursiers se sont montrés indécis cette semaine, ne sachant plus comment se positionner après des baisses spectaculaires enregistrées depuis le début de l'année. Le sévère tour de vis des Banques centrales pour lutter contre l'inflation fait en effet redouter aux investisseurs un ralentissement trop prononcé de l'activité économique et une récession mondiale.

Jeudi, au deuxième jour de son audition annuelle devant le Congrès à Washington, le patron de la Réserve fédérale (Fed) Jerome Powell a redit que la lutte contre l'inflation, au plus haut depuis 40 ans, restait "inconditionnelle".

"Les marchés parient que la Fed se trompe à nouveau" et continuent "de tabler sur une récession, ce qui aurait pour effet de stopper les hausses de taux beaucoup plus tôt", estime Jeffrey Halley, analyste d'Oanda.

Ce contexte plombe les prix du pétrole, qui perdent autour de 3,5 % depuis le début de la semaine. Vendredi vers 07H35 GMT, le baril de Brent pour livraison en août reculait de 0,41 % à 109,60 dollars et celui de WTI américain à même échéance cédait 0,44 % à 103,83 dollars. Sur le marché obligataire, les taux d'intérêt souverains baissaient légèrement en Europe.

Le taux américain à deux ans, reflétant les anticipations du marché concernant le niveau des taux directeurs de la Fed, baissait encore et s'établissait à 2,97 % à 07H15 GMT, après avoir chuté de 27 points de base depuis le début de la semaine.

La tech en forme...

Les valeurs du secteur technologique progressaient particulièrement à Hong Kong: Alibaba prenait 5,93 %, Tencent 2,19 %, Baidu 4,64 % et Xiaomi 3,38 %.

A Paris et Londres, Teleperformance montait de 2,51 %, Dassault Systèmes de 1,37 %, Darktrace de 1,03 %.

L'équipementier britannique Ultra Electronics bondissait même de 12,64 % après que le gouvernement britannique s'est dit "disposé à accepter" son rachat par le groupe de défense Cobham, détenu par un fonds américain, Londres se disant rassuré par des engagements destinés à limiter les risques pour la sécurité nationale du Royaume-Uni.

... l'habillement beaucoup moins

Cependant à Francfort, Zalando chutait de 16,60 % après avoir abaissé ses prévisions annuelles jeudi soir sur fond de "conditions macroéconomiques dégradées".

Le géant européen du commerce en ligne de prêt-à-porter entraînait avec lui ses concurrents Asos (-3,10 %) et Boohoo (-4,52 %), mais aussi des enseignes d'habillement classiques comme la maison-mère de Zara Inditex (-2,84 %) ou Next (-2,35 %), ou encore des valeurs technologiques allemandes telles que HelloFresh (-5,23 %) et Delivery Hero (-4,59 %).

Du côté du bitcoin et des devises

Le bitcoin ne semblait pas perturbé par l'annonce de la plateforme d'échanges de cryptomonnaies CoinFlex de suspendre de tous les retraits de fonds, citant des "conditions de marché extrêmes" et le risque financier lié à un client. La première cryptomonnaie prenait 0,48 % à 20.880 dollars vers 07H30 GMT.

L'euro se stabilisait à 1,0527 dollar (+0,04 %). Et la livre sterling s'adjugeait 0,13 % à 1,2277 dollar.