UCB trébuche en Bourse à cause de ses mésaventures aux Etats-Unis

L'inflation, le refus de la FDA américaine et la guerre en Ukraine ont poussé UCB à revoir ses prévisions de résultats.

A. Msc.
UCB a plongé de 7% à l'ouverture d'Euronext Bruxelles avant de se redresser.
UCB a plongé de 7% à l'ouverture d'Euronext Bruxelles avant de se redresser. ©Belga

Le groupe biopharmaceutique UCB navigue dans le rouge ce vendredi, à la suite de la publication d’un communiqué qui met à jour les prévisions financières du groupe pour l’année 2022. Et comme souvent, la réaction en Bourse est intraitable lors de prévisions revues à la baisse : le titre chutait de plus de 7 % à l’ouverture, avant de se redresser vers -3 % en fin de matinée.

UCB affirme que le chiffre d’affaires devrait se situer entre 5,3 et 5,4 milliards, ce qui resserre la fourchette d’estimation précédente (entre 5,15 et 5,4 milliards). Jusque-là, rien de négatif. Par contre, alors que l’Ebitda (ajusté) était annoncé dans une fourchette entre 26 et 27 % du chiffre d’affaires, il est désormais estimé dans une fourchette de 21 à 22 %. Le bénéfice par action de base passe d’entre 4,80 et 5,30 euros à entre 3,70 et 4 euros.

L'entreprise affirme que"de multiples vents contraires externes combinés à une situation macroéconomique difficile entraînent une pression à la hausse sur les coûts (comme une inflation nettement plus élevée que prévu, les coûts de l'énergie, la guerre en Ukraine, l'approvisionnement en médicaments et les dons à l'Ukraine)" ont poussé à revoir ses prévisions financières.

Coup dur aux USA

Le refus temporaire de la Food and Drug administration (FDA) américaine pour la commercialisation du bimekizumab – un traitement contre le psoriasis – reçu en mai dernier a douché les espoirs de lancer le médicament cette année sur ce marché et avait déjà fait chuter l'action. "UCB vise à soumettre une réponse […] d'ici la fin de 2022, ce qui déclenchera une date de lancement potentiel plus tardive aux États-Unis", précise l'entreprise.

-> Relire : UCB prend une claque en Bourse après ses déboires aux États-Unis : "La bonne nouvelle, c'est que le médicament n'est pas remis en cause"

"Les bases de la croissance d'UCB sont solides, comme le démontrent les récents résultats positifs des études cliniques de phase 3 qui conduiront à des soumissions réglementaires à partir du trimestre prochain. La société est confiante dans sa capacité à apporter de la valeur et de la croissance aux patients et à toutes les autres parties prenantes grâce à ses solides performances fondamentales sous-jacentes. UCB réitère ses prévisions financières pour 2025", précise encore l'entreprise, qui a acquis la biotech américaineZogenix pour 1,7 milliard d'euros au début de l'année.

"La performance sous-jacente d'UCB est solide, malgré les impacts de la perte d'exclusivité d'E Keppra au Japon depuis janvier et de Vimpat aux États-Unis depuis mars. Nous sommes très confiants dans nos futurs lancements et dans notre trajectoire de croissance stratégique à venir, soutenue par une gestion dynamique et des initiatives d'efficacité dans tous les domaines d'UCB", précise également Jean-Christophe Tellier, CEO d'UCB.